Les parents boivent et les enfants trinquent. Les maris boivent et leurs femmes trinquent. Le président a beaucoup bu et c’est moi qui ai eu la tête à l’envers. J’aimerais bien savoir pourquoi, alors que je n’ai bu qu’environ deux flûtes de champagne, vite oubliées pendant le repas et alors qu’on est partis à 1h du matin et que je me suis couché à 1h30, pourquoi je suis comme si j’avais la gueule de bois. J’aimerais savoir pourquoi je me suis traîné toute la journée, le lendemain, comme si je cuvais des alcools non ingérés. Eux, les autres de la soirée, les six autres, ils ont tous beaucoup bu, du ti punch, du rhum nature, du whisky, du vin rouge et de la liqueur coco au rhum, ils ont mélangé tout ça et c’est moi qui me suis traîné toute la journée suivante. Mais vraiment, je me suis traîné.

Je me suis lamentablement traîné, comme si je n’étais plus bon à rien. Le matin, j’ai fait ce que j’avais à faire, je me suis quand même levé de bonne heure (à 6h30), je suis allé faire les courses pour le week-end et je suis allé chez le patron pour diverses choses et j’ai déjeuné avec Claude et lui et je suis rentré chez moi où là, je n’ai fait que zoner toute l’après-midi. Je n’avais aucun courage et je n’avais envie de rien. Et je me suis lourdement endormi devant la télévision, une émission d’enchères, je crois. Ou avant. Ou après. Ou pendant. Et c’est le téléphone qui m’a réveillé. Christian de Lille qui m’appelait pour me dire qu’il avait bien reçu le colis avec les deux livres que je lui ai fait parvenir. Et là encore, et là aussi, j’étais vaseux mais peut-être encore un peu plus. Il m’avait réveillé.

Et voilà, j’ai donc eu la gueule de bois sans avoir bu (je considère que deux flûtes de champagne entre 19h et 19h30, ça ne peut pas rendre malade quand on mange ensuite et que le repas dure au moins deux heures et que j’ai bu plusieurs verres d’eau pétillante, ensuite) et je n’ai pas aimé ce lendemain de soirée. Je me dis que tant qu’à faire, j’aurais dû en boire plus du champagne. Mais personne ne m’en a proposé et comme c’était la première fois que j’allais chez nos hôtes… Je n’ai pas osé demander s’il était possible d’en avoir encore un peu. C’est peut-être ça qui m’a rendu le plus malade, si ça se trouve. Je n’ai pas assez bu, tout compte fait. Et c’est pour ça que pendant la journée suivante, j’ai eu la tête dans le cul. Dans le mien. Mais c’est plus joli si je dis que j’avais la tête dans le chu.