Te souviens-tu quand je t’ai dit (ou te l’ai-je écrit ? Oui, c’est ça, c’était dans un SMS) que je devais sortir et affronter la tempête pour aller chercher un colis ? Oui, parce que hier, ça a été une journée ratée en termes de printemps. On se serait cru en plein mois de novembre et même si je n’ai rien contre le mois de novembre, bien au contraire, je n’aime pas avoir cette sensation désagréable de me faire avoir : on m’a vendu le 6 mai 2021 comme une journée normale pour un milieu de printemps et je me suis retrouvé avec une journée grise, triste et morne. Le ciel était bas, chargé de nuages épais et lourds et la pluie n’a jamais été aussi pénétrante car il n’y a rien moins franc que des averses qui ne sont pas des déluges : elles vous envahissent l’air de rien alors que les abats d’eau…

Du coup, je me demande si je ne vais pas porter une réclamation pour tenter d’avoir un dédommagement. Si je pouvais me faire rembourser intégralement le 6 mai 2021, ce serait extraordinaire mais je ne vais pas avoir les yeux plus gros que le ventre, je me contenterai d’un crédit ou d’un avoir même partiel. Bien sûr, plus le pourcentage sera élevé, plus content je serai. Oui, plus je serai content aurait été plus simple mais j’écris comme ça vient. Et il n’y a pas de raison que je n’en fasse pas qu’à ma tête. À ma tête de lard. Bref, je ne sais pas à qui je dois m’adresser : au bon Dieu qui n’existe pas ou à ses saints qui n’en ont probablement rien à faire ? Au médiateur de la météo ? Je vais étudier ça de très près et je vous jure que je vais trouver la solution à ce nouveau problème.

En parallèle, nous avons échangé des messages qui m’ont fait plaisir, qui m’ont fait du bien, comme toujours. C’est mieux que rien, les SMS. Et ça m’a permis de sortir d’une sieste imprévue d’une façon très agréable. Et, tout en espérant que tu vas t’en souvenir, à un moment, je t’ai dit que j’allais te dire au revoir, tu m’as coupé la chique en me disant « woof » alors, pour ne pas tomber dans la lubricité, je t’ai dit que j’allais te laisser pour aller chercher un colis et attendre que le temps passe. Tu m’as répondu « bon » et j’ai ajouté « et attendre qu’un soleil revienne » et toi… Non, je vais garder pour moi ce que tu as répondu. Mais sache que j’ai bien bravé la tempête et que j’ai bien récupéré mon colis. Et si je te dis que ça a un rapport, même lointain avec toi, tu aimerais savoir ?