Au deuxième rond-point, tu prends la deuxième sortie et là, en direction de Sainte-Néomaye. Tu ne peux pas te tromper et tu verras, c’est une jolie petite route, bien plus agréable que l’ancienne nationale. Oui, parce que ça doit être devenu une départementale, maintenant. Oh, ça fait bien un certain temps de ça, je ne me souviens plus quand ça a été déclassé. Quand tu vas traverser Sainte-Néomaye, tu seras surpris, car c’est un village assez étendu et on ne dirait pas qu’il n’y a pas beaucoup plus de 1 000 habitants. Il y a beaucoup de maisons en pierre et je me souviens du foirail. La place du marché d’autrefois. De jadis et naguère. Après, tu suis la route toujours dans la même direction et là, tu profites de la campagne devant, à droite et à gauche et des fleurs sauvages sur les bas-côtés. En ce moment, c’est le début des coquelicots et on trouve aussi encore quelques coucous. Et des violettes.

Cette route va t’amener aux Fontenelles. D’ailleurs, on l’appelle la route des Fontenelles. Il n’y a pas de fumée sans feu. Et là, tu verras un ancien château devenu un hôtel un peu Reine d’Angleterre, moi, je n’aimerais pas y dormir, les chambres sont vraiment trop chargées en décoration d’époque et certains baldaquins me rendraient claustrophobe. On le voit peu, le château, il défile trop vite quand on est en voiture. Pour mieux le voir, il faudrait aller se promener à pieds, là-bas, ou à vélo. Mais il y a beaucoup de côtes avec ce qu’on pourrait appeler des lacets donc, si on n’a pas un peu d’entraînement… Ensuite, tu traverses Charchenay et tu continues tout droit, il ne faut surtout pas prendre Boisne, à droite. Sinon, tu vas te retrouver à Souvigné. Remarque, on n’est jamais perdus, quand on est à Souvigné, c’est juste que tu fais un crochet un peu inutile. Ou alors, tu tentes de voir Faye, au loin.

Remarque, si tu veux en profiter pour visiter un peu, si tu tournes vers Boisne, après Souvigné, tu vas tomber sur Petit Geay et Grand Geay, à droite et Soignon, à gauche. Mais ce n’est pas le sujet. Tu en étais à Charchenay et tu devais continuer ta route en direction de Gentray, un lieu-dit. D’ailleurs, je ne sais même pas s’il y a des pancartes pour l’annoncer. En revanche, tu restes sur ta route et tu vas arriver à la Paillandrie. Les distances ne sont pas très longues, surtout en voiture mais tu peux prendre ton temps pour apprécier l’ambiance de la campagne. Quand tu seras à la Paillandrie, tu prends la direction de la gare et ensuite, tu connais. Tu contournes l’abbatiale et tu prends à droite, puis la première à gauche et au feu, au niveau du pont, tu prends à gauche et tu verras la maison, la barrière sera ouverte, tu entres dans la cour et tu restes bien sur ta droite, car sinon, tu vas gêner les voisines.