On nous ment, on nous ment tout le temps. On ne fait rien qu’à nous mentir, je vous dis. Et moi, si je vous le dis, vous pouvez me croire qu’on vous ment tout le temps. Même moi, d’ailleurs, je mens beaucoup. En particulier dans ce blog, je passe la moitié des billets que je publie à mentir, à raconter des craques, à vous faire avaler des couleuvres. En même temps, les goûts et les couleuvres, hein… Bon, oui, on le sait, qu’on nous ment et on fait avec. La plupart du temps, on s’en accommode même plutôt bien. Parce que ça nous arrange. Parce qu’on s’en fout un peu. Mais dans la vie quotidienne, pour beaucoup de choses, c’est un peu comme si on avait en permanence des contrats sous le nez avec plein de petites lignes très, très chiantes à lire et que du coup, personne ne lit jamais, bien sûr.

Mais le pire, c’est qu’on ne nous ment pas seulement pour tout ce qui touche à la consommation (publicités, arguments de vente, promotions…) mais également dans plein d’autres domaines dont ceux qu’on nous enseigne à l’école, au collège et au lycée. Voire dans les établissements d’études supérieures. Tiens, ne serait-ce que dans le domaine de l’histoire, avec un grand H, si on prend le chevalier d’Éon, par exemple, eh bien, non, ce n’était pas un homme mais bel et bien une femme. Alors que non. En réalité, c’était un homme et non pas une femme. Alors qu’elle se faisait passer pour un homme quand, homme, il se faisait aussi passer pour une femme. Alors, allez savoir si pour Jeanne d’Arc, ça n’a pas été un peu pareil, un mec déguisé en nana, un drag-queen en côte de mailles.

Tiens, un autre exemple, le roi Dagobert et son bon ministre Saint-Éloi qui ne lui a jamais dit qu’il avait mis sa culotte à l’envers et pour cause, vu que Dagobert ne souffrait pas de dyslexie vestimentaire, c’est prouvé dans le simple fait que la comptine qui raconte cette fake new, a été composée en 1787 pour ridiculiser Louis XVI et non pas de ce vieux Dagobert, mort 11 siècles plus tôt. Pourquoi ? Parce que sous Louis XVI, c’était impossible de se moquer du roi et pour parler de sa culotte à l’envers, il valait mieux évoquer un vieux roi largement mort et de son aussi vieux ministre tout aussi longuement mort. Alors, franchement, si on veut que je continue d’autres exemples : Le Temps des Cerises, tiens, si ça se trouve, c’est la saison des potirons et on ne nous l’a jamais dit !