Il faut bien le reconnaître même si c’est un peu difficile, quand on est humble et modeste comme moi mais je trouve que je respecte parfaitement les règles du confinement et même mieux, je suis parfait, comme toujours voire comme jamais, dans cette réclusion involontaire. Je suis parfait, il faut bien que je le dise bien que ça me coûte car on risque de se méprendre sur mes intentions et sur qui je suis, non pas un mec qui se la pète, non, bien au contraire mais un mec simple. Un mec simplement parfait et parfaitement simple. J’en veux pour entre autres preuves tout ce que je fais, chaque jour, pour m’occuper intelligemment (je ne sais pas faire autrement, en même temps, alors…) et mettre à profit ce temps qui nous est imparti pour se recentrer sur soi-même et pour que les autres se recentrent sur moi-même également. Je ne suis pas imbu de ma petite personne, non, loin de moi une telle attitude qu’on pourrait qualifier d’arrogante alors que je suis le comble de l’incarnation de quelqu’un d’effacé et de modéré voire d’insignifiant, mais on peut être parfait dans son côté insignifiant, non ?

au soleil

Sur la photo jointe, on peut me voir en tenue de travailleur qui en profite pour faire un grand ménage de printemps chez lui, que ce soit dedans (à l’intérieur) ou dehors (à l’extérieur – je précise pour ceux qui ne comprendraient pas tout ce que je veux dire à travers mon vocabulaire limité) et comme ça ne suffit pas, j’ai également transpiré (mais sans odeur, c’est l’évidence même) à repeindre tous les murs et je suis même monté sur les toits pour y enlever toutes les crottes de pigeons qui n’ont aucun respect pour moi et ma modeste demeure comme je suis en droit de l’attendre. J’ai également trié tous mes vêtements et j’ai préparé des sacs avec les plus beaux d’entre eux pour les donner aux pauvres et nécessiteux réunis. En parallèle, j’ai cuisiné pour les gens seuls dans mon quartier, rien d’extraordinaire, juste quelques plats gastronomiques comme je sais si bien les réussir. Voilà, là, aujourd’hui, vous me voyez tel que je suis dans la vraie vie, loin d’être la star que vous supposez que je puisse être. Je suis et je reste quelqu’un d’abordable, qui a une vie normale. Extraordinairement banale.