Je suis dans ma semaine de la réflexion comme si j’étais un vendeur de miroirs et justement, je vais aborder ce sujet des reflets et donc, de l’image qu’on a de soi versus celle qu’on renvoie aux autres comparée à celle que nous renvoie une psyché. Et j’aimerais aussi qu’on parle des concepts en général, dans leur globalité. Juste pour le plaisir de disserter un peu sur la façon que je peux avoir de faire marcher mes neurones pendant que le coronavirus est en train de devenir multi-continental ou pluri-continental et que les malades voire les morts ne sont pas tous originaires d’un pays asiatique. Parce que moi, pour l’instant le Covid19, je n’aime ni son nom, ni ce qu’il représente, ni ce qu’il fait. Et peu m’importe d’où il vient, ce que je ne veux pas, c’est qu’il s’installe chez moi, dans mon pays.

Et donc, je voulais parler des miroirs car ils sont sans doute les objets qui réfléchissent plus que la plupart des êtres humains sur cette terre et même ailleurs. Et en plus, quand ils réfléchissent, les miroirs, qu’ils soient sans tain ou non, ils ne font pas semblant. Et moi, ça me laisse non seulement un peu rêveur mais aussi admiratif. J’aimerais bien avoir leur capacité et être apte à renvoyer leur image aux autres. Ça n’est pas dans mes compétences mais quand je serai dictateur, oui, ça le sera. Parce que, à ce moment-là, rien ne pourra m’empêcher de prendre mes désirs pour des réalités car alors, mes désirs deviendront naturellement réalité ou alors, j’utiliserai la manière forte. Dictateur, quand on est gaulé comme moi, ça permet de faire du 49.3 en se foutant de l’opinion des autres.

Et à propos des concepts, ce qui me plaît, intellectuellement parlant, dans cette idée, c’est l’abstraction qui peut s’ancrer dans une tangibilité et l’inversibilité (voire la reversibilité) même de cette notion  est la preuve que tout existe même son contraire. Bien sûr, on pourrait me rétorquer que la transcendance intrinsèque du notionnel ou d’un schème peut sembler un peu absconse mais si on y regarde de près, tout peut rapidement être confronté à un truisme manifeste. Il n’empêche que dès qu’on prend le temps de se pencher sur des hypothèses, ça ouvre un champ des possibles, un espace de potentialités incroyable. Et c’est bien ce qui fait la force de ceux qui ont cette aptitude à la réfraction voire à la réfringence. Et moi, au milieu de tout ça, je surnage mais je m’en sors.