Parfois, quand on a des choses à avouer à des gens très proches, comme son meilleur ami ou sa mère, comme c’est mon cas, aujourd’hui, la façon la plus simple, toujours pour moi, c’est de le faire par écrit. Parce que j’ai toujours été plus à l’aise à l’écrit qu’à l’oral. Parce que, sous le coup d’une émotion, je peux bafouiller, quand je parle. Parce que je rougis facilement. Parce que je peux perdre mes mots face à quelqu’un qui va me regarder et qui va peut-être me juger. Et là, comme j’ai quelque chose à lui annoncer, à ma mère, tout à l’heure, je pense que je vais me servir des colonnes de ce blog pour le faire. Avec un peu d’humour, si j’y arrive, la pilule passera mieux.

Maman, puisque tu lis mes billets tous les jours, je voudrais que tu saches qu’il vient de m’arriver quelque chose que je n’ai pas vu venir. Je crois que je suis tombé amoureux de quelqu’un d’autre. Oui. De quelqu’un d’autre. Au point que je me demande si je ne vais pas tout plaquer pour suivre cette personne. Enfin, je vais attendre quelques heures, non, quelques jours pour savoir si je suis sûr de moi et si c’est bien réciproque et alors, je prendrai les décisions qui s’imposent. Je suis tombé amoureux de quelqu’un qui est à la CGT et pas qu’un peu. Pardon ? Si je l’aime pour ses idées ou pour son physique ? Pour son physique, bien sûr mais tu sais, par amour, maman, par amour…

Par amour, on peut aussi adhérer à des idées qu’on aurait pu éventuellement combattre toute sa vie. Par amour, maman, on peut finir par épouser les causes de l’autre. Pardon ? Ça t’attriste ? Je m’en doutais mais que veux-tu, on ne peut rien quand c’est la chair qui décide. Oui, je sais. Ah non, je ne savais pas. Ah bon ? Tu aurais préféré que je sois noir, que je sois juif voire homosexuel ? Ah oui, quand même. Je vois que tu es bien plus fermée que moi, pendant ces dernières années. Mais je pense que ce que tu aimerais, c’est que je sois heureux, non ? Tu ne veux bien que mon bonheur, non ? Parce que moi, j’aimerais que tu sois contente pour moi. Bon, je te laisse penser à tout ça.