Avant-hier, nous avons commencé à procéder au déménagement de la vie artistique de Claude. Ah bon mais qui est Claude, allez-vous me demander et vous pourriez avoir raison, reste juste à savoir si vous êtes un lecteur (une lectrice) assidu(e) et régulier (régulière) car Claude, c’est Claude. Claude vit avec le patron depuis si longtemps que même moi, j’ai failli être né en même temps que leur histoire !... Sauf que pour eux, ça ne se passait pas le 14 décembre mais le 14 juillet. Enfin, ça, c’est un point de détail de leur histoire dont tout le monde risque de se foutre et en plus, on va me rétorquer que je ne suis pas né le 14 décembre alors que là encore, tout le monde pourrait s’en foutre.

Et donc, Claude, qui a peint, beaucoup peint, énormément peint, toute sa vie ou presque, avait un atelier au deuxième étage de la maison de Cabirol, là où ils vivent, avec le patron et les deux chiens et compte tenu de son état de dépendance de plus en plus importante, il est clair que le pinceau, maintenant, c’est fini et ce, depuis un certain temps. Et comme le patron a prévu de faire aménager le dit atelier en studio, il a fallu tout vider. Hier matin, je suis allé chercher toutes les peintures que Claude avait décidé de jeter avec nombre d’ébauches, d’essais, de répétitions, etc… Ensuite, dans l’après-midi, ma cousine est venue avec un pote à elle, un autre peintre prénommé Claude (décidément !...)

Ce dernier est venu chercher une cinquantaine de toiles vierges, une centaine de feuilles à dessin, des chevalets, un tabouret, des livres… Bref, de la manutention à trois pendant deux heures sans une seule pause. Et hier, ce fut au tour de toutes les œuvres que Claude a voulu conserver qu’il a fallu descendre pour les mettre dans un camion à destination d’un box, près de chez moi. Et là, on a fait venir deux étudiants de 18 ans, plus de trois fois plus jeunes que nous trois, dimanches et nettement plus lents. Cools, quoi. Alors moi, je me suis posé la question suivante : la vivacité est-elle inversement proportionnelle à l’âge ? Doit-on être plus lent parce qu’on est jeune et parce qu’on a le temps ?