Ah mais Noël est passé ? On ne m’a rien dit, à moi. De toute façon, on ne me dit jamais rien, à moi. C’est comme si je faisais partie des meubles, comme si j’étais devenu transparent, comme si je n’existais déjà plus. Non, non, non, St Éloi n’est pas mort, car il bande encore, car il bande encore… Et moi, là, j’ai envie de crier à tout le monde, à toute la terre, à tout l’univers que je suis comme St Éloi, quelque part, je ne suis pas mort, je vis toujours, 3615 j’existe !

Bon d’accord, si on m’avait embêté avec Noël, j’aurais trouvé moyen de rouspéter plus que de raison et ça n’aurait étonné personne. Pas même le père Dupanloup. Ah, ah, ah oui vraiment, l’père Dupanloup est dégoûtant !... Je ne sais pas trop ce qui se passe, ce matin mais en même temps que j’écris ces lignes, il y a des interférences avec Radio Paillarde. Non, non, ce n’est pas moi qui l’écoute, dès le matin, ça doit être un voisin et ça passe à travers les murs.

C’est ça, ça passe à travers les murs. Comme la grosse bite à Dudule. Ah non, ça suffit, hein ! Coupez-moi le son, s’il vous plaît. Non, éteignez-moi ça, plutôt ! Parce que la grosse à Dudule, je n’en ai rien à fiche ! Ah mais quand même ! Bon, je disais donc que l’esprit de Noël n’est pas passé sur moi, cette année. Je suis resté impénétrable. Et d’ailleurs, s’il avait forcé ma porte, j’aurais porté plainte pour de vrai, cette fois. Vous pensez qu’elle est si grosse que ça, celle de Dudule ?

Ce n’est pas possible d’être embêté comme ça par des amateurs de choses grossières et même vulgaires. Je vais aller sonner chez eux et leur dire ma façon de penser, moi, ils vont m’entendre, c’est moi qui vous le dis ! En même temps, je ne comprends pas, normalement, il n’y a personne, à côté, en ce moment, juste des travaux. De profondis morpionibus

Bon, je crois que le mieux, ce matin, c’est d’arrêter moi-même d’essayer de me concentrer pour écrire un texte. On dit que les plus gênés s’en vont, donc, je vais enregistrer mon document et fermer Word. Tu me demandes tes lettes, ta photographie, ton éponge à cul, ton bidet d’métal… Je vous jure que je n’en peux plus… Mais attendez une seconde… Oooups, c’est mon téléphone que je n’avais pas éteint et en plus, j’avais laissé le son un peu fort !