Avec cette histoire d’anniversaire, ce qui est bien, jusqu’à maintenant, en tout cas, c’est qu’on a (presque) échappé à Noël. Enfin, pour moi, j’entends. Parce que ce ne sont pas les décorations installées depuis la deuxième quinzaine d’octobre qui m’ont pourri la vie, c’est surtout au centre-ville, qu’il y en a et dans les vitrines, c’est surtout dans les rues, pas chez moi parce que chez moi, il n’y a pas de vitrine. Et il n’y a guère qu’à la télé où on voit des décors de Noël depuis plus d’un mois, déjà. Je pense qu’on a tort parce que vouloir l’esprit de la fin d’année à partir d’octobre, c’est bien, ça ne sert à rien, mais c’est bien sauf que on devrait pousser le bouchon encore plus loin et mélanger les décorations de St Valentin, de Pâques et d’Halloween dès la fin de l’été. Et pourquoi pas toute l’année. Comme pour le Black Friday, ça devrait être tous les jours avec un seul mot d’ordre : consommez ! Consommez ! Consommez !

On devrait hypnotiser les foules pour les inciter à consommer encore plus. Encore tant et plus. Et même encore plus que ça. Parce que rien n’est trop beau pour ceux qui fabriquent et qui vendent des choses à des gens qui n’en ont pas besoin mais qui en ont envie. Enfin, c’est ce qu’ils croient. Bienheureux les simples d’esprit, ils auront leur place au paradis d’Amazon et des abonnements médias en tous genres. Comment ? Vous n’avez pas d’abonnement à un site de musique ? Allez, prenez-en un pour chaque membre de votre famille et je vous conseille même pour le bébé que vous attendez, ne perdez pas de temps, en l’inscrivant dès aujourd’hui, il aura des avantages plus vite en tant que futur ancien client. Mouais. Et ne vous privez pas de loisirs, abusez-en, plutôt et vous mangerez des patates dès le 10 du mois mais ce n’est pas grave. Parce que, nous, c’est votre argent qui nous intéresse. Pas vous, votre argent.

Noël, pour moi, outre l’indécence que ça démontre, aujourd’hui, à mes yeux, c’est avant tout un moment où on se sent obligé de faire des cadeaux coûte que coûte, même à des gens qui nous importent peu, des cadeaux que beaucoup de leurs destinataires vont revendre tout de suite sur des sites Internet complices et on aura dépensé non seulement plein de sous mais surtout, on aura épuisé la planète encore un peu plus : des livraison et des retours de produits fabriqués à l’autre bout du monde et qui seront de nouveau achetés d’occasion par d’autres avec d’autres livraisons et ainsi de suite. Ou alors, offrez intelligemment : ne faites des cadeaux qu’à ceux qui sont prêts à les racheter à la moitié de leur prix même si vous ne les connaissez pas, ces gens-là. Après tout, hein, ce qui compte, c’est d’offrir n’importe quoi à n’importe qui. Alors bon, vous comprenez bien que… Mais non, je ne suis pas énervé. Pas encore.