Bon, quand même, je suis content de savoir que tu as trouvé une auxiliaire de vie pour Claude car ça commençait à devenir vraiment difficile, beaucoup plus que n’importe qui pouvait l’imaginer. C’est tellement compliqué de se mettre à la place des aidants. Du verbe dézéder. Dézédants. Encore un néologisme. J’aime bien inventer des mots et jouer avec les autres. Les autres mots. Et même les nouveaux. Je n’y peux rien, mes parents m’ont fabriqué ainsi. Ils ne le savaient même pas, eux, que je serai comme je suis, sinon, certainement qu’ils n’auraient rien changé à la commande du bébé que j’allais être quand je suis né et de celui que j’allais devenir quand j’allais grandir. En plus, ça tombe bien, malgré mon âge (bientôt 60 ans), je continue de grandir. Oh bien sûr, pas en taille mais en âge. Ne me demandez pas quel est mon secret car justement, comme c’est un secret, je ne vais rien dire.

Non, sans rire, comment je fais pour continuer de (bien) vieillir ? Je n’ai aucun mérite hormis peut-être la part héréditaire qui vient de mes parents qui s’en sortent plutôt très bien pour leur âge. Parce que franchement, à 48 ans pour mon père et 45 ans pour ma mère, ils ne font pas leur âge. Pardon ? Ils ont 86 et 83 ans ? Vous êtes sûrs ? Attendez que je les regarde de plus près… Ah oui, vu sous cet angle-là, je vais réviser mon jugement : ils ne font quand même pas leur âge et c’est tout à leur honneur et donc, par conséquent, au mien. Ensuite, si je continue de (bien) vieillir, c’est probablement et tout simplement parce que la vieillesse est contagieuse et comme j’ai été pris dans les bras de gens plus vieux que moi, quand je suis né, j’ai été contaminé et je n’ai jamais pu en guérir.

Alors voilà, je sais que le plus dur m’attend et que quand je vais passer le cap de la soixantaine, je vais continuer d’avoir des problèmes de santé, en plus des rides qui vont devenir de plus en plus nombreuses : je vais avoir des envies de faire pipi encore plus fréquentes, je vais moins dormir, je vais avoir des soucis avec ma prostate, mon arthrose qui se rappellera de plus en plus souvent à mon souvenir, je vais avoir des risques liés aux futures canicules et je vais me sentir de plus en plus en décalage avec les jeunes. Bref, ça ne va pas s’arranger. C’est pour ça que quand je vois l’auxiliaire de vie que tu as prise pour Claude, comme elle me semble plutôt bien, j’aimerais bien avoir la même. Sauf que moi, je pense que je préférerai avoir un auxiliaire de vie. Et si possible, pas tout de suite.