Encore une fois, ce matin, je vais écrire un billet en réaction à un mail de Mymy, envoyé dans ma boîte personnelle et pas directement sur le blog comme un simple commentaire. Non, Mymy a voulu me transmettre un message très « intime » d’une façon discrète et c’est tout à son honneur. Je ne vais évidemment pas révéler ce qu’elle m’a dit, très gentiment mais je peux quand même vous annoncer qu’elle m’a souhaité un bon anniversaire, dans le doute, parce qu’elle n’était pas sûr de la date. Elle a valsé en hésitation entre le 5 (hier) et aujourd’hui, le 6. Soit disant parce que j’aurais été et parce que je serais flou quant au jour J puisque j’en parle depuis des mois sans en donner les détails les plus précis. C’est tout à son honneur de vouloir tomber le plus possible à la bonne date.

Mais non, je ne suis né ni le 5 décembre, ni le 6 décembre. Et en réalité, si les choses étaient bien faites, je ne serais même pas né en décembre mais on onzembre voire en treizembre même si onzembre me semble plus logique par rapport à celui qui a invité les noms des mois de l’année. Ah non, j’aurais dû naître en doucembre mais là, le mot me plaît un peu moins, alors, on va conserver décembre parce que là, au moins, tout le monde sait de quoi on parle alors que sinon, non. Donc, je suis né le dernier mois de l’année, à quelques petites semaines du nouvel an et du nouveau franc. Je suis né un jour à deux chiffres mais en dessous de vingt car moi, à part le vingt blanc et le vingt rosé, je n’aime pas spécialement ça, surtout le rouge. Et quand le vingt est tiré, il faut le boire…

Un indice pour celles et ceux qui aimeraient me souhaiter un bon anniversaire le jour J ? Heu, laissez-moi réfléchir un instant, pendant que j’en suis encore capable, après le passage aux soixante ans, qui sait si je vais conserver toutes mes facultés et toutes mes capacités… Ah oui, je suis né le même jour que Yanneck de Bainville. Évidemment, je n’ai pas choisi une personnalité particulièrement connue mais comme je pars du principe que quand on veut, on peut, tout le monde a la possibilité de trouver de qui il s’agit. Ou pas. Et même si je pense que c’est surtout « ou pas », tant pis. On sait donc que je suis né entre mardi et vendredi, ça vous donne un deuxième indice plutôt balèze. Maintenant, je vous laisse chercher, moi, j’ai mes courses à faire pour le week-end. Mais pas pour le suivant.