Hier, autour de 18 heures pile, j’étais chez moi, au chaud et au sec (pas comme dehors !) et je me suis demandé : « Tiens, depuis combien de minutes suis-je né ? » Et comme je ne suis pas du genre à éluder les questions par d’autres questions, je me suis immédiatement mis au travail et j’ai commencé à calculer la chose. Mais, comme je suis un peu hyperactif (ceux qui me connaissent le savent, ce n’est pas un mensonge), je me suis dépêché de m’y mettre parce que comme toutes les 60 secondes, ça fait une minute en plus, je ne voulais pas que mon résultat soit immédiatement faussé. En même temps que je disais ça, je me suis dit que je n’y arriverais jamais si je ne bloquais pas une heure précise qui servirait d’étalon.

C’est donc à 18h19 pétantes que j’ai décidé que le calcul serait validé et probablement introduit dans le livre de mes propres records (je vous rappelle les autres : calculer le nombre de lentilles vertes dans un paquet de 500 grammes ; mesurer la distance de 500 grammes de grains de riz mis bout à bout ; définir combien il faut de noisettes de chez mes parents pour remplir la piscine ronde hors sol de ma tante Nicolle…), après validation de moi-même. Je suis donc parti de ma date de naissance, à 7 heures du matin, ce qui m’a semblé être la meilleure base qui soit. J’aurais pu prendre n’importe quelle autre date et n’importe quelle autre heure mais ça ne me ressemble pas de faire n’importe quoi. Je ne suis pas comme ça, moi. Même par amour…

À 18h27, j’ai officiellement validé le fruit de mes calculs, que j’ai vérifiés à trois reprises, en me servant du tableur Excel pour toutes les opérations car je n’avais pas envie de compter sur mes doigts, sinon, j’y serais encore. Et je peux donc proclamer publiquement le résultat suivant : hier, 22 novembre, à 18h19, j’étais né depuis 31 millions 531 mille 338 minutes. De là à vouloir combien ça faisait de secondes, il m’a juste fallu de multiplier ce nombre par 60 (au hasard, bien sûr) pour atteindre : 1 milliard 891 millions 880 mille 280 secondes de vie. Une telle somme, ça ferait devenir tout vert un gilet jaune et tout blanc un casseur réuni. J’étais content de moi. La journée avait mal commencé mais elle a très, très bien fini. Comme quoi, hein ?...