Je ne comprends rien au temps qui passe, je me suis allongé sur le canapé, je n’ai fermé les yeux qu’une poignée de secondes et quand je me suis réveillé, quelqu’un avait touché à l’horloge du salon et l’avait avancée de plus de deux heures. Et pourtant, je suis sûr que je ne me suis pas endormi. Je jure que je n’ai pas sommeillé du tout. J’ai juste fermé les yeux pour tenter de canaliser certaines pensées. Et quand je me suis retrouvé deux heures plus tard que prévu, j’ai failli appeler la police pour déposer une plainte contre X car je ne sais pas qui est venu tourner les aiguilles à mon insu. Il ne faut pas croire que je cherche à tirer au flanc. Ce n’est pas mon genre. Ça ne l’a jamais été et ça ne le sera jamais. Fontaine, fontaine, je ne boirai de ton eau…

Je ne comprends rien au temps qui passe, je me suis allongé dans mon lit et je n’arrivais pas à trouver le sommeil et j’ai fermé les yeux, fermé les yeux, les yeux et quand je les ai rouverts, je me suis réveillé le lendemain matin mais j’avais presque 60 ans alors que la veille, je n’en avais que 43 ! Qu’a-t-il donc pu se passer pour qu’on me vole dix-sept ans de ma vie ? Je refuse de fêter mon soixantième anniversaire, prochainement, soit disant, tant qu’on ne m’aura pas rendu ces dix-sept dont on vient de me priver. Et encore, je n’ai pas été gourmand parce que, en réalité, je suis sûr qu’en m’endormant, hier soir, je n’avais pas encore quarante ans. Voire pas encore trente ans. Mais cette fois, je ne peux rien affirmer. Je n’ai pas de preuve.

Je ne comprends rien au temps qui passe, je me suis allongé sur l’herbe, une après-midi de soleil, avant l’automne et avant l’hiver et j’ai fermé les yeux un instant, à peine de le temps de quelques soupirs et je me suis retrouvé mort, sous terre alors que je n’ai jamais voulu ça. Déjà, si on m’avait demandé mon avis, il y a longtemps, au début, je ne sais pas si j’aurais dit oui mais là, je sais surtout que je n’avais pas envie de m’endormir comme ça. Pas de cette façon. Pas de cette façon-là. J’aurais aimé quelque chose de plus enflammé. J’aurais aimé partir en faisant des étincelles. En feu d’artifice. Mais en voulant chasser mon naturel, il est revenu au galop et je n’ai même pas pu prendre mes jambes à mon cou. C’était déjà trop tard.