Émile-Auguste Chartier*a dit que « le pessimisme est d’humeur et l’optimisme est de volonté », soit. Moi, je veux bien, je suis même assez d’accord avec lui car pour être heureux, je pense que quelque part, il faut le vouloir et être heureux, c’est rester optimiste. Et inversement. Moi, j’ai tendance à être plus pessimiste, globalement, que le contraire et je m’en cache car je n’en suis pas fier. Aujourd’hui, on peut même dire que je fais mon pessimisme coming out. Je l’avoue officiellement. Jusqu’à présent, peu de gens connaissaient cet aspect de moi car je le masque derrière des attitudes souvent désinvoltes et un besoin de dire beaucoup de bêtises pour faire rire ceux qui m’entourent.

C’est peut-être une façon de vivre cette autre citation : « Je me presse de rire de tout de peur d’être obligé d’en pleurer » (Pierre-Augustin Caron**) et c’est vrai que surtout quand je suis en « public » (donc quand je ne suis pas seul), j’ai tendance à vouloir être le bouffon de service. Je serais même capable de tuer père et mère pour faire ce que je pense être un bon mot. Mais dès que je me retrouve solitaire et que j’ai l’occasion de penser à ma vie, à la vie en général, je suis capable de déprimer grave (comme disent les jeunes – ou de déprimer gavé) et alors, je me replonge dans des mots d’esprit à travers l’écriture, par exemple. C’est triste d’être plutôt nostalgique voire mélancolique.

De là à dire que je suis lypémaniaque, il y a un pas que je n’ai pas encore franchi parce que je pense que je le saurais moi-même, si c’était le cas mais parfois, j’ai pu me poser la question. Surtout quand j’étais plus jeune. On sait bien que la jeunesse a tendance à être attirée par le morbide. Peu importe, il était question de moi et non pas de la jeunesse en général. Bref, pour en finir avec cette excellente citation d’Émile-Auguste*, je suis donc totalement d’accord avec lui et ça, c’est un constat terrible. Parce que si je ne suis pas optimiste, je ne suis pas volontaire et si je ne suis pas volontaire, c’est que je suis un tire-au-flanc et un gros feignant. Non, je suis une grosse feignasse. Et on veut que j’aille bien ?

* Alain       ** Beaumarchais