Je voudrais vous remercier, toutes et tous, d’être venus m’honorer à ma juste valeur à l’occasion de ce nouvel anniversaire, d’autant plus nouveau pour moi que c’est la première fois que j’ai 60 ans…

Non, je ne pense pas que ça soit un bon début de discours. D’abord, peut-être n’y aura-t-il aucune fête, aucune réunion de famille, aucun rassemblement d’amis, aucune manifestation de gilets jaunes et de casseurs réunis et en plus, je ne peux pas remercier tout le monde car, si fête il devait y avoir, je pense qu’il y aurait trop de monde à remercier individuellement et je ne suis pas trop pour les actions de grâce collective. Les plans à plusieurs, c’était bien quand j’étais plus jeune et que j’avais du mal à trouver ma place dans la société. Aujourd’hui, je m’assume et je veux qu’on m’aime pour qui je suis et non pas pour ce que je représente.

C’est sympa que d’être venus pour me faire ma fête. C’est vrai qu’on n’a pas tous les jours trois fois vingt ans mais quand même, je suis ému et je voudrais faire court pour éviter de pleurer car je…

Mais pourquoi diable ai-je donc parlé des gilets jaunes et des casseurs réunis, dans le paragraphe précédent ? Je me demande si ça ne me travaillerait pas un peu, inconsciemment, ça… Tiens, il faudrait que je prenne rendez-vous avec mon toubib pour que j’évoque ce point avec lui. Ou avec mon psy. Mais au fait, mon psy, je ne devais pas le consulter, tous les mercredis des mois de juillet et août ? Mince, j’ai oublié. C’est d’autant plus crétin que je vais quand même devoir payer toutes les séances ratées. Ça va me coûter un bras, comme dirait la Vénus de Milo, qui a beaucoup d’humour. Ou alors, je l’invite à la soirée de mes 60 ans, ça compensera largement.

Tout d’abord, je voudrais remercier mes parents sans qui je ne serais pas là, aujourd’hui. Si j’ai pu atteindre 60 ans, c’est bien parce qu’un jour ou peut-être une nuit, en 1959, ils ont…

Non, je ne peux pas non plus commencer mon discours comme ça. C’est vachement trop intime. Surtout pour mes parents. Surtout que je sais que quand ils ont… quand ils m’ont… En réalité, ce n’est pas un secret de famille, je n’ai pas été désiré parce que j’ai été conçu involontairement alors que mon grand-frère, celui qui est né avant moi, n’avait pas encore un an quand maman a su qu’elle était enceinte. Alors, remuer tant de souvenirs aussi particuliers, j’ai peur qu’ils ne le supportent pas bien, surtout vu leur âge, aujourd’hui. Si encore on était restés en 1959… Ils auraient pu tout affronter. Non, il faut que je trouve une autre accroche, si je fais un discours…

Merci d’être là, ça me fait très plaisir. Les toilettes sont au bout du couloir, porte de gauche. Il n’y en a qu’une, en même temps, sinon, c’est un placard, alors… Et à votre santé !