Hier, je n’ai pas terminé mon questionnement quant à savoir qui inviter pour fêter mon passage à la soixantaine, en décembre prochain. J’en étais resté à ceux que je n’aime pas ou que je n’aime plus et à tous mes ex de là où j’ai travaillé 19 ans, au siècle dernier, chez Scaïb-Sonepar (je peux citer les deux noms, la boîte a été rachetée plusieurs fois, depuis et donc, il y a prescription, désormais) et depuis, dans mon sommeil, dans la journée qui a suivi, dans le tram pour aller au cinéma, au fond de mon fauteuil relax sur la terrasse et maintenant, devant mon ordinateur alors que je suis en train de faire une sauvegarde pour changer enfin d’appareil depuis 4 mois que j’en ai acheté un neuf mais comme je ne me résous pas à abandonner l’ancien (c’était bien, Windows 7 et j’appréhende Windows 10…)

Je pourrais donc plus ou moins envisager de fêter mes 60 ans avec uniquement des gens de l’immeuble dans lequel j’habite plus deux ou trois voisins que je connais vaguement pour avoir passé des soirées les uns chez les autres, occasionnellement… Mais ça n’a qu’un intérêt limité, on va encore parler copropriété, avancement des travaux du futur parc, aménagement des rues en vue de la modification du plan de circulation, etc… et là, je sens que je vais encore être le grand oublié de la soirée alors que c’est quand même moi qui devrais être le plus honoré de tous, non ? Donc, on va définitivement zapper cette idée de la présence de quelque voisin(e) que ce soit pour la fête que j’ai décidé d’appeler Enfin Réunis. Oui, ça m’a pris comme une envie de pisser. Et justement, quand on parle du loup…

Je pourrais aussi inviter des inconnus, de préférence un peu démunis, un peu comme les Restaurants du Cœur de mes 60 ans. Mais je crains que personne de cette assistance-là ne m’apporte un cadeau, si petit soit-il. C’est vrai, il n’y en aurait aucun qui connaîtrait mes goûts et éventuellement mes besoins. Non, pardon, juste mes goûts. On ne pas parler de besoins devant eux. Un peu de décence, que diable ! Non, vraiment, je sèche. Je ne vois pas qui inviter. Ai-je d’abord vraiment envie d’inviter du monde ? Ai-je vraiment envie d’organiser une soirée qui s’appellerait Enfin Réunis ? Pour l’instant, je me tâte, je me tâte. Et quand je me tâte, je piétine, en général. Je vais donc utiliser un joker pour répondre à cette question qui me taraude depuis quelques temps : je vais faire appel à un ami. Un ami, oui mais lequel ?