Un de mes problèmes, depuis toujours (même si ça a tendance à s’arranger un peu), c’est que je manque de confiance en moi. Et donc, comme en parallèle, je me sens un peu au-dessus de la moyenne, je dois gérer ce paradoxe et ce n’est pas si facile que ça. Je pense que je suis un peu au-dessus de la moyenne car, dans mes vies professionnelles, je suis toujours passé pour l’intellectuel de service. En effet, j’étais souvent le seul à lire, à aller au cinéma, au théâtre, à l’opéra, dans les musées… Bref, comme j’étais célibataire (officiellement), tout le monde disait que c’était plus facile pour moi que pour ceux qui avaient une famille avec des enfants surtout en bas âge. Sauf que ce n’est pas vrai. Je pense que oui, ma vie de célibataire m’a aidé à poursuivre dans cette voie mais que c’est plus ou moins un choix au départ. Car rien ne me prédisposait à tout ça, quand je suis né.

Ça a été un choix indépendant de ma volonté, évidemment. Je devais avoir des gènes (j’ai dû comprendre que le plaisir que ça me procurait était essentiel) qui ont fait que… Mais pas que… Et je m’en suis servi. À bon escient, j’espère. Quoiqu’il en soit, je reconnais que je souffre parfois d’un sentiment de légère supériorité intermittente et à chaque fois, ma modestie légendaire en souffre. Mais ça ne dure jamais longtemps. Je bois ma honte cul sec jusqu’à la lie et je balaie mes complexes d’un revers de la main jusqu’à la fois suivante. Car il ne faut pas que je me leurre (jamais), ça revient toujours, cette impression de ne pas être à la hauteur. Tout en ayant parfaitement compris ceux qui sont en-dessous de moi. Il faut vraiment avoir beaucoup de talent pour jongler avec des sentiments aussi contradictoires et s’en sortir avec tous les honneurs possibles et imaginables.

J’ai toujours sur que je passerai ma vie en navigant de paradoxes en paradoxes comme Tarzan de liane en liane, dans la forêt vierge. Sauf que je n’ai pas son physique et que j’ai très peur de plein d’animaux sauvages tels que les insectes. Mais je peux faire preuve d’un réel courage devant des moucherons surtout les moucherons-tigres, les plus féroces. Ceux-là, je les écrabouille d’un coup de tapette à mouches car ça fonctionne aussi très bien avec les moucherons et même les moucherons-tigres. Je suis le roi de la tapette, ça fait longtemps que je le sais et que ça devrait se savoir, maintenant. Bref, comme dirait Monsieur Propre, je suis double. Comme pour mon signe astrologique : sagittaire-sagittaire. Tout est en double chez moi : ma modestie aussi. Et mon ego également. Et mon sentiment de culpabilité permanente aussi. Bref, je ne suis pas tout seul en moi.