Moi, les culottes pour fuites urinaires, je ne connais pas personnellement mais si je peux en parler, c’est parce que Solange en porte et donc, j’en ai déjà vu sur elle ou dans le paquet quand elle en achète. Et les culottes du président, ça vaut tous les… tous les… toutes les culottes de président du monde. Je ne vois pas très bien avec quoi les comparer. Quoiqu’il en soit, Solange, le président, donc, ne sait pas que je fouille dans ses culottes quand il n’est pas là. Quand elle n’est pas là, plutôt. Mais je ne fais rien de répréhensible, d’une part parce que je suis toujours discret (Always discreet) et d’autre part car il n’y a pas de mal à renifl… à admirer les culottes de son conjoint. Bien sûr, à notre âge, surtout au sien, d’ailleurs, ça pourrait passer pour une perversité mais c’est vrai je n’en suis plus à une près.

Ça me rappelle quand j’ai été Lady Chantilly, la reine de la crème fouettée, le temps d’un sketch à mon travail, il y a quelques années alors que j’ai toujours été discret (Always discreet) sur ma vie privée et donc personnelle dans le cadre de mes différents boulots, à quelques exceptions près. Dont celle-ci où je me suis transformé en Lady Chantilly et je trouve que ça m’allait assez bien, la perruque aux cheveux longs et noir corbeau. Bien sûr, ce n’était pas du Corneille ni du Racine, le texte que j’ai joué en l’honneur et avec un collègue qui n’était pas au courant jusqu’au moment où je l’ai fait venir à mes côtés. Ça ne fait rien. En tout cas, pour en revenir aux culottes de Solange, jamais je ne me serais permis d’en porter une à son insu même pour un spectacle, si petit soit-il. Amen. La fin justifie les moyens.

Bref, je reconnais que même sans avoir de fuites urinaires officielles, Solange, mon président, porte des culottes qui sont vraiment très jolies. Qui lui vont très bien mais il n’a pas la même taille que la mienne et donc, je ne peux même pas les mettre, pas même en cachette, car elles sont un peu grandes pour moi. Pour moi, qui n’ai pas plus de fuites urinaires que lui. Et pourtant, je suis comme lui, je ris et j’éternue mais ni lui, ni moi, n’avons de soucis de pipi incontrôlé. Non, nos mictions, parfois impossibles, certes, mais toujours accomplies restent discrètes (Always discreet) et finalement, je me demande pourquoi j’en parle ici puisque ça ne regarde que Solange, le président et moi. Il y a vraiment des moments où je me demande où se situe mon niveau de pudeur. Assez bas, finalement.