Il ne manque plus qu’Édouard et j’aurai fait le tour de tous les Philippe que je connais, depuis avant-hier. Bien sûr, on ne parlera pas de ceux qui sont encore plus célèbres comme… comme Philippe Stark, le premier qui me vient à l’esprit mais qui ne serait pas forcément mon premier choix pour autant. Ou comme Philippe de Dieuleveult pour ceux qui savent de qui je parle. Drôle de nom, pour celui-ci, hein ? Dieuleveult et Dieu l’a effectivement repris. Ce que Dieu veut, Dieu le prend, on le sait tous. Philippe Claudel, aussi, celui des Âmes grises, le seul livre de lui que je connaisse. Bien sûr, il y a Candeloro, sans commentaire. Philippe Noiret, le bienheureux Alexandre, en son temps. Bref, je ne vais pas tous les lister, ça ferait trop recopiage d’une page Internet.

Néanmoins, pour ne pas dire nonobstant, cette semaine, comme je le disais au début du premier paragraphe (celui qui est juste avant celui-ci, pour ceux qui maîtrisent moins la lecture), j’ai connu une invasion de Philippe. Tiens, justement, est-ce que dans ce cas-là, on peut mettre un S à Philippe ? Oui, mais uniquement si on parle de la ville de l’antique Macédoine. Sinon, non. Alors qu’au féminin, Philippine peut se mettre au pluriel quand elles sont nombreuses comme les îles du Pacifique, en Asie. Comme quoi, hein, on ne peut jamais dire « fontaine, je ne boirai pas de ton eau » ni « La Fontaine, je ne lirai jamais tes mots »… Et en particulier, c’était mardi matin, quand j’en ai croisé un perdu de vue depuis près de deux ans, environ. À quelques mois près. À quelque moi près.

Et ce même jour, donc, l’un des deux Philippe (sans S) m’a fait les gros yeux et l’autre, les a plissés tant le soleil l’éblouissait. À moins que… à moins que ce ne fut moi, qui l’eusse ébloui (je peux ne pas m’en rendre compte)... L’un m’a demandé de le tutoyer alors que moi, je ne dis « tu » qu’aux gens avec qui j’ai couché (famille non comprise, bien évidemment) et l’autre… Avec l’autre, on s’est toujours tutoyé même la première fois qu’on s’est rencontrés, au bout de quelques secondes. Un peu comme dans la grammaire française : les exceptions. Tous les mots en « ou » prennent un 2 au pluriel sauf hibou, caillou, chou, genou et pou. Je ne tutoie que les gens avec qui j’ai couché sauf… Mais je ne vais pas recommencer à énumérer des noms, ça suffit comme ça, ce matin.