Voici le mois de mai, où les fleurs volent au vent, où les fleurs volent au vent, si jolis mignonne, où les fleurs volent au vent, si mignonnement…

muguet contre jour

Peut-on parler de fleurs qui volent au vent si mignonnement quand on sait que Paris va être la capitale mondiale des émeutiers, aujourd’hui ? En gros, c’est la chronique de dégâts annoncés et personne semble ne rien pouvoir y faire. Entre les gilets jaunes et casseurs réunis, les syndicats qui vont se faire déborder, les blacks blocs au courage infiniment assumé et aux ultra jaunes qui, finalement, préfèrent encore tout casser que comprendre qu’on peut dialoguer, on se demande où va pouvoir s’échouer ce bateau ivre que semble être devenue la France, ce beau pays si cher aux grandes idées. 

Il y a quelques décennies, on disait qu’en France, on n’avait pas de pétrole mais qu’on avait des idées. Aujourd’hui, en 2019, on n’a plus d’idées mais on a des cocktails Molotov ou similaires. C’est un concept. Oui, d’accord, mais alors, qu’on ne vienne pas me proposer un brin de muguet qui va faner en 24 heures car moi, les porte-bonheur, subitement, je n’y crois plus. Pas plus qu’aux lendemains qui chantent et rien ne me fera plus changer d’avis car même avec tous les mignonnement du monde, je pense qu’on ne pourra plus revenir en arrière. C’est devenu comme ça et pas autrement.

Il faudra bien faire avec quoiqu’il arrive et quoiqu’on en pense. Ça me met littéralement en rage mais comme je ne suis pas téméraire, je vais le crier très fort uniquement dans ma tête. Je ne veux pas prendre de risques inutiles. Mais il y a une chose qui me fait sacrément du bien, ce matin, c’est que j’ai éliminé l’éradication du virus qui m’avait rendu gentil et philanthrope. J’ai retrouvé mon sale caractère. J’ai vomi toute la mansuétude dont je pouvais être capable. Et là, ce matin, je me sens nettement mieux. Je me souhaite beaucoup d’esprit critique à défaut de me souhaiter tous les bonheurs du monde.

muguet noir et blanc

Voici le mois de mai, où les fleurs volent au vent, où les fleurs volent au vent, si jolis mignonne, où les fleurs volent au vent, si mignonnement…