Comment vais-je savoir que je suis en week-end, désormais ? Parce que quand on travaille, on a des repères pour se régler au temps et aux jours qui passent mais quand ce n’est plus le cas, comment savoir quel jour on est, comment savoir si on est vendredi, samedi ou dimanche ? Justement, hier, je me suis cru dimanche car j’ai fait des courses le matin comme je le faisais, dans ma vie d’avant (merci Sophie !) chaque jour du seigneur. Et donc, après, je me suis cru un autre jour et ce matin, je me suis encore cru le même jour qu’hier. De quoi perdre un peu la boule et se faire mal à la tête. Justement, tiens, puisqu’on en parle. Yé mal au cou et à la tête (à prononcer avec l’accent pour avoir un tant soit peu le sourire aux lèvres !...)

Si, dans les repères qui me feront savoir quel jour il sera : la promenade des chiens, le dimanche matin quand ils ne sont pas à Biscarrosse ou quand je n’y serai pas moi-même. Ça, il ne faut jamais que je le perde de vue. Les cours avec le nouveau coach, Carlos (qui parle avec un accent, lui aussi !), nous allons commencer jeudi prochain et nous garderons peut-être ce créneau-là. Du moins dans un premier temps, pour qu’on s’y habitue a minima avant de se décider de changer et là, il faudra repartir de zéro. En tout état de cause, nous n’irons plus le lundi matin comme avant. Non, tant qu’à faire, avec les beaux jours qui arrivent, si nous allons à Biscarrosse, justement, il ne faudra pas rentrer avec tout le monde le dimanche soir.

Après, pour le cinéma où je compte aller plus souvent que jusqu’à maintenant, je ne vais plus être obligé de n’y aller que le week-end parce que j’étais trop fatigué les autres jours de la semaine. Donc, pour résumer, que me reste-t-il de mes points de repère pour savoir qu’on est en fin de semaine : samedi et/ou dimanche ? Je me tâte, je me tâte… Attendez, je me tâte encore un peu car, finalement, c’est super agréable… Aller à la messe ? Pourquoi je dis ça puisque j’ai fait acte d’apostasie ? Parce que j’ai fait un coq-à-l’âne avec le fait de m’être tâté ? Mouais, c’est un peu facile, ça… Non, ce que je pourrais faire pour savoir quel jour on est ? M’en foutre, un peu, beaucoup, passionnément, dans un premier temps. On verra après pour plus tard.