C’est vrai, ça, pourquoi dans de N dans le mot migrainnnnnnnnnnne ?

J’ai toujours été migraineux, au point que je pense même avoir été un graineux intégral pour ne pas dire intégriste, pendant près de quarante ans et depuis quelques (petites) annnnnées, ça avait fini par presque disparaître hormis quelques crises ponctuelles pour ne pas dire résiduelles. Comme juste pour me rappeler que ça a été une grande partie de ma vie. Un peu comme un ou une ex dont on a des nouvelles de temps en temps mais là, qu’on n’est pas forcément ravi d’entendre. « Tu n’es pas obligée de m’appeler, tu sais ? Je peux très bien vivre sans toi, sois tranquille… »

Mais là, depuis quelques semainnnnes, elle semble vouloir se remettre avec moi celle dont j’étais si heureux de me croire débarrassé. Elle a retrouvé ma nouvelle adresse. Ça fait trois ans que j’ai déménagé et elle a découvert où j’habitais désormais et allez savoir si elle ne se plaît pas chez moi. Elle fait peut-être semblant de ne venir que de temps en temps mais c’est pour mieux s’installer dès que je baisserai la garde ou que j’aurai la tête tournée. Car elle est sournnnoise, la garce. C’est la reine des squats. Elle vient et elle ne vous lâche plus et elle vous use, vous vide et vous épuise.

J’ai tendance à penser que mes douleurs sont dues à mon arthrose cervicale et aux tensions que j’ai dans les trapèzes à cause de mes mauvaises postures en génnnnéral mais non, si ça se trouve, c’est elle qui passe par mes épaules et ma nuque pour mieux entrer en moi, pour mieux me pénétrer et moi, par derrière, je ne vois rien vennnnir, je suis obligé de me rendre à ses évidences. Elle est encore là. Elle s’est déguisée en douleurs du haut du dos pour mieux m’avoir. Et moi, j’attends que ça passe, je n’ai pas le choix, elle est plus forte que moi, cette grosse connnnnasse. Désolé, mais ça me fait du bien.

Alors je le demande une dernière fois, pourquoi tant de N dans le mot migrainnnnnnnnnnne ?