Le soleil est revenu après une nuit non seulement bien noire mais des bourrasques de pluie et des vents diluviens. Heureusement, au plus fort de ce qu’on pourrait appeler une tempête, j’étais au boulot, vers 4h et j’entendais le roulement des grosses averses sur le toit du bâtiment et je me suis dit : « Tiens, il pleut et pas qu’un peu ! » et ce n’était pas utile que j’aille mettre le nez dehors pour m’en assurer, je savais très bien ce que je disais, ce que j’affirmais.

Oui, je peux être très affirmatif même en pleine nuit, même en fin de nuit. Je suis comme ça, moi. Et on me prend tel que je suis ou on ne me prend pas. Et si on me prend, on est prié de me rendre dans le même état que celui dans lequel j’étais quand on m’a emprunté. Oui, parce que parfois, je peux avoir l’air emprunté. Mais je me reprends très vite, normalement. Sauf incident. Mais c’est rare. Et voilà comment on remplit un paragraphe avec trois fois rien…

Le soleil est revenu et, avec lui, une lueur d’espoir. Peut-être la dernière avant l’autoroute de ces prochains jours à venir. Mais l’espoir est-il capable de résister aux intempéries ? L’espoir est-il soluble dans l’eau de pluie ? Voilà deux questions auxquelles il m’est impossible de répondre même si impor==pppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppp… Ooups, je viens de fermer les yeux et me suis assoupi un doigt sur le clavier du PC.

Du coup, je ne sais plus trop comment je voulais terminer ma phrase précédente. Et en plus… Pardon ? Si, si, je me suis vraiment assoupi et je n’ai pas fait attention que j’avais le doigt sur le p. C’est dire, à être capable de m’endormir quelques secondes comme ça, pendant que je suis en train d’écrire, c’est dire si je suis fatigué. Moi, je le savais déjà mais maintenant, tout le monde est officiellement au courant. Tout le monde est dans la boucle : je suis crevé !

Le soleil est revenu et, avec lui, quel dommage de savoir que je ne vais pas vraiment en profiter et tant pis s’il est absent pour les prochains jours, j’assume le fait de vouloir me faire porter pâle, cet après-midi et je vais juste prévenir le patron que je ne passerai pas sauf en fin de journée. Je suis invité à aller dire au revoir à Alain Juppé, à la mairie de Bordeaux, vers 18h mais chut ! Ça, c’est peut-être une surprise, allez savoir !... En tout cas, pour l’instant, l’heure est à l’horizontalité.