Nous sommes le premier mars et dans 22 jours, je franchirai la porte de là où je travaille pour la dernière fois, en tant que salarié, bien entendu car rien ne m’interdira de m’y rendre occasionnellement, surtout le samedi matin, quand j’aurai passé une commande pour du poisson ou quelques homards à partager à Biscarrosse. Ooups, pardon, je n’aurais pas dû évoquer le mot homard la veille de la 16ème journée de manifestations des agiles et jeunes et cas soc’ réunis, je vais encore passer pour un nanti (ce que je ne suis pas vraiment ni complètement) et je ne voudrais pas attiser quelque convoitise que ce soit de la part de ces envieux, de ces jaloux. Ce n’est pas bien du tout, d’être jaloux.

Bref, nous sommes le premier jour du mois de mars deux mille dix-neuf et ça sent la fin, pour moi. Je suis en phase finale de mon contrat à durée indéterminée qui soudain, s’est transformé en contrat à durée déterminée puisqu’on a fixé une date d’un commun accord avec la direction et les RH (les ressources humaines, pour ceux qui en sont restés au « service du personnel ») et cette date, c’est le dimanche 31 mars mais comme je ne travaillerai pas ce jour-là, la date réelle de mon départ sera donc le samedi 30 mars mais comme j’ai posé une semaine de vacances juste avant, je quitterai donc mes collègues préférés et ceux que je n’aime pas autant que ça dès le samedi 23 mars. Ça commence à sentir bon, si tant est que ça sente bon, un départ.

Et pour fêter ça, je propose que dès demain soir, on se réunisse avec le premier de mes collègues : Aïssa qui vient dîner à la maison histoire de montrer qu’on peut rester en contact entre deux ex professionnels. Oui, je le reconnais, ma démonstration est un peu bancale puisque nous ne sommes pas encore des ex vu que j’ai encore ces putain de trois semaines à effectuer. Ce n’est pas grave, c’est vrai, alors que j’ai les yeux qui se ferment tout seuls devant l’ordinateur, à l’instant T, ce n’est pas grave, ce n’est pas un dîner de départ, demain soir, non, juste un moment entre potes, juste un dîner presque parfait entre amis. D’ailleurs, il va falloir que j’aille acheter de quoi le préparer, ce repas de pas encore départ.