J’étais en train de profiter de faire mon ménage, avec ma blouse à petites fleurs et mon fichu sur la tête, bien déguisé en femme de ménage du siècle dernier quand je n’ai pas du tout vu de prince passer à cheval. Et justement, le fait de ne pas en voir un passer du tout, ça m’a mis la puce à l’oreille et je me suis dit qu’après une vie déjà bien remplie mais pas toujours de façon très efficace ou satisfaisante, pourquoi ça ne pourrait pas être mon tour. Alors, je suis allé retirer le bout de vieux tissu que j’avais pour cacher mes cheveux pas lavés depuis samedi dernier et j’ai également choisi de quitter ma vieille blouse fleurie pour m’habiller d’une façon un peu plus sexy car après tout, même si tout le monde sait que l’habit ne fait pas le moine ni le pédophile, un peu d’élégance n’a jamais fait de mal à personne.

Je me suis d’abord lavé la tête et je me suis rendu chez Carlos, mon coiffeur attitré, à toute vitesse pour qu’il me prenne, non pas dans ses bras ni tout court, sans rendez-vous (pas même galant) et j’ai eu de la chance car il m’a fait ma coupe habituelle et je suis rentré chez moi pour me mettre une tenue plus adéquate afin d’attirer l’œil du prochain prince qui passera sous les fenêtres de mon appartement. D’ailleurs, à ce sujet, peut-être que pour en inciter un à faire un crochet par mon quartier, y a-t-il un endroit où je pourrais laisser mon adresse voire mon numéro de téléphone pour qu’on arrête de perdre du temps et qu’on se rencontre enfin, avec mon prince ? Je préfère qu’on me réponde par mail plutôt que directement dans le blog, je n’ai pas envie d’être envahi d’appels de faux charmants qui ne cherchent pas la même chose que moi.

Un jour, mon prince viendra, un jour, il m’aimera… En même temps, ça serait bien qu’il se dépêche s’il y en a un qui doit venir parce que comme je suis dans l’année de mes 60 ans, il va y avoir un moment où je risque de me voir harponné uniquement par des vieux princes qui ne seront pas à mon goût du tout. Non pas que je donne dans le jeunisme mais bon, pour moi, un prince charmant, c’est forcément jeune, blond et fort. Et ça doit être capable de venir me sauver de mon geôlier en venant me chercher au cinquième étage de l’immeuble sans prendre ni l’escalier, ni l’ascenseur. Tiens, puisque je n’ai rien à faire en ville, cet après-midi, je vais me taper ma première sieste de l’année sur la terrasse et comme ça, je serai comme un vieux beau au bois dormant. Avec les lèvres en avant, prêtes à recevoir un baiser d’amour.