Messieurs Gilles et John, afin que les français et surtout, le président de la république et le gouvernement comprennent bien pourquoi vous persistez à manifester votre mécontentement chaque samedi depuis trois mois, désormais, pouvez-vous nous dire quels sont vos problèmes de pouvoir d’achat ?

C’est simple, je vais parler pour nous deux mais en ce qui me concerne, je gagne le smigue et je ne m’en sors pas.

Oui, d’accord, je comprends. Mais votre salaire vous empêche de payer des impôts, alors ?

Ah ben heureusement que je ne paye pas d’impôts sinon, je ne m’en sortirai vraiment pas, encore moins que maintenant. Mais en même temps, ne dites pas que je ne paye pas d’impôts car c’est là où le bar blesse, c’est que j’en paye plein.

Ah bon ? Vous payez plein d’impôts avec juste votre salaire ?

S’il vous le dit, c’est ce que c’est vrai. Je vais vous dire, moi, il paie la TVA, il paie les taxes sur l’essence, sur l’alcool quand on achète de la bière ou du pastis ou du pinard et sur les jeux à gratter et sur le loto passe qu’il faut pas croire, mais on paie des taxes là-dessus et ça, ce n’est pas normal. On ne devrait rien payer du tout, comme taxes ni impôts.

Vous comprenez bien que si tous ceux qui sont en bas de l’échelle sociale ne devaient rien payer du tout comme taxes et impôts, il faudrait bien trouver un moyen de trouver l’argent  pour financer tout ça.

Ah mais ça, c’est pas notre problème, les riches et leur président avec sa momie, là, ils n’ont qu’à payer pour nous.

Et que pensez-vous des salaires des joueurs de football ? On ne vous a jamais entendu sur ce sujet ?

On touche pas aux joueurs de foot, ils nous font rêver. Eux, c’est normal qu’ils touchent plein d’argent, vous voyez pas ce qu’ils font comme efforts de courir après un ballon, le stress, la pression et tout et tout.

Bon et sinon, comment faites-vous alors pour vous en sortir ? 

Ben vous savez, une fois qu’on a payé les quatre abonnements chez Bouygues, les apéros qu’on organise tous les samedis entre nous, l’essence, les billets pour les matchs de foot et les tickets de loterie, il ne nous reste pas grand-chose.

C’est pour ça qu’on fait des petites choses au noir. Comme ça, ça nous permet d’arrondir nos fins de mois.

Ouais mais ça suffit à peine. Ça sert juste à payer quand on va bouffer tous ensemble chez Mc Do et bon, ça nous permet de nous acheter quelques fringues parce qu’on va pas toujours rester en survêtement, alors…

Et combien vous vous faites au noir ?

Ben, en gros, on se fait 1000 à 1200 euros et on partage.

Ça vous fait donc environ 500 euros non déclarés chaque mois ?

Oui, dans les mauvais mois, oui. Hein John ?

Oui, Gilles, dans les mauvais mois. 

Et vous persistez à critiquer la fiscalité française ?

Ah ben évidemment. Et on est même pour le revenu complémentaire universel pour les gens comme nous.

Ouais et on veut que tous les autres, il paie tous les impôts qu’on paye pas, nous. Et tous ceux qu’on veut pas payer, nous.