Décidément chaque mois de décembre est éprouvant, émotionnellement et physiquement parlant. En effet, je n’arrête pas de faire la fête et en même temps, c’est la haute saison pour nous, dans le mareyage et comme je travaille de nuit (au cas où ça ne se saurait pas encore), autant vous dire que vivement le mois de janvier, hein ? Nous sommes d’accord et j’aime bien quand on est d’accord avec moi. C’est le principe même du tout à l’égo. Oui, c’est à ça que je suis branché en permanence, moi, mais attention, pas avec des tuyaux, non, en Bluetooth.

D’abord, dès le premier du mois, je fête l’Avent. D’abord, parce que c’est comme en amour, c’est toujours mieux avant parce qu’après, c’est pendant (j’aurais dû préciser dans le sexe, pas en amour, sinon, ma vanne, elle fait pschitt !) et ensuite parce que tant qu’à faire, autant marquer le coup et faire la fête chaque jour du 1er au 24 décembre. Sinon, je ne vois pas l’intérêt si c’est juste pour s’acheter un calendrier avec un morceau de chocolat à prendre chaque matin… D’autant que moi, je n’aime pas le chocolat alors autant vous dire que je m’en fous.

Ensuite, il y a mon anniversaire et là, même si je ne suis pas du genre à le fêter systématiquement, on essaie de faire un petit quelque chose quand même. Mais la saison n’est pas très propice à faire venir du monde pour la fiesta. En revanche, comme l’année prochaine, je vais faire 60 ans, j’aimerais bien qu’on me prépare un anniversaire surprise dans un bateau sur la Garonne et j’ai déjà fait une liste d’invités qui me feraient particulièrement plaisir. Mais ne m’en dites pas plus, il faut que ça reste une surprise la plus totale possible.

Après, il y a Noël et on a beau dire qu’on n’aime pas ça, qu’on ne le fête pas, avec le président, le 24, on a quand même dîné un quart d’heure plus tard que d’habitude, j’ai bu un peu de champagne, on a mangé de la bûche au café à la crème au beurre et le lendemain, on a déjeuné avec des produits un peu festifs, inhabituels et bon, je n’ai pas travaillé ce jour-là et déjà rien que ça, c’est la fête, pour moi, de plus en plus. Cependant, pas de grande réunion familiale, non, juste lui et moi et je suis allé me coucher à 21h45, à quelques minutes près.

Aujourd’hui, le 26, c’est la St Étienne, donc, c’est ma fête, je fais ce qui me plaît, ce qui me plaît, ce qui me plaît et après-demain, ce seront les Sts Innocents et je ne vois pas pourquoi je n’en ferais pas partie. Je finirai le champagne ouvert à Noël à cette occasion. Et enfin, le 31 décembre où nous allons tenter un réveillon vers 22h30 avec le président, rien que lui et moi, après un ciné et le lendemain, nous serons six à table, j’invite le patron chez lui. Et après, dès le 2 janvier, je me mettrai à la diète alimentaire et spirituelle. Parce que trop de fête, ça tue la fête ou ça pue la fête ?