J’ai un peu mal à la tête mais je ne sais pas si c’est dû au froid piquant, tout à l’heure, en allant déjeuner en ville (« c’est le patron qui régale ») ou parce que les deux flûtes de champagne de 8h30, ce matin, c’était quand même un peu âpre. Ça m’a légèrement tourné la tête et j’ai eu un peu de mal à me remettre au boulot d’une façon aussi concentrée que d’habitude. Ou que chez Nestlé. Bref, comme le reste de la matinée a été compliqué du point de vue du boulot, autant vous dire que ça n’a pas été la meilleure matinée de ma vie. Malgré le champagne.

Quand je suis revenu dans mon bureau, quelqu’un avait éteint la lumière et il y avait 6 flûtes en plastique (à la guerre comme à la guerre) et une bouteille de Ruinart, un de mes préférés (qui le savait ?) mais franchement, même si c’était très gentil voire délicat, je ne vois pas pourquoi faire toute cette mise en scène autour de mon ordinateur de travail. En plus, j’étais un peu à la bourre et je ne bois jamais. Enfin, pas au boulot. Et uniquement du champagne. Ça tombait bien, non ? Et là, deux sont venus me rejoindre, , puis une troisième et les trois autres. 

Qu’est-ce qu’on fête ? Le discours de Macron et les choses qu’il a données aux gilets jaunes ? Non, on s’en fout des gilets jaunes ! Eh bien alors quoi ? Mon quatorzième anniversaire dans l’entreprise ? C’est dans trois mois, le 22 mars. La St Daniel et dérivés ? On s’en  fout autant que des gilets jaunes, non ? Je ne sais pas, je donne ma langue au chat. Ah si, vous m’avez organisé un pot de départ ! C’est gentil mais je ne pars que le 30 mars, vous vous êtes trompés de date. Mais c’est super vachement gentil quand même. J’apprécie. Vraiment, vous êtes adorables.