Hé Chouchou, tu sais quoi ? Tu vas venir avec moi au bureau, demain. Mais non, je ne vais pas te montrer mon travail pour que tu me remplaces, maintenant qu’il me reste moins de cinq mois, je vais essayer de tenir le coup au mieux de mes possibilités. Non, non, j’ai juste besoin de toi parce que, au cas où tu l’aurais oublié, tu es plus grand, plus jeune et plus fort que moi et ça, ça va bien m’aider. Oui, plus beau, aussi mais pour ce dont j’ai besoin, ça ne me servira à rien. Sauf si mon fauteuil de bureau ou mon ordinateur est sensible à ton charme mais là, je ne sais pas pourquoi, des doutes m’habitent. Pardon, je suis prétentieux, un doute m’habite.

Ce que je voudrais, c’est en rapport à mon prochain départ d’ici. J’ai plein de choses à jeter et d’autres, que je voudrais récupérer. Le mieux, c’est que tu viennes un samedi matin car c’est le jour où il y a le moins de monde, ici et surtout, après 7h, voire 7h30 du matin, je suis tout seul. Donc, nous serons tranquilles pour nous occuper de ce bazar. J’ai dit bazar ? Comme c’est bizarre ! Parce que j’ai déjà pas mal trié et jeté. Dès que j’ai un moment conséquent de libre, je regarde, je sélectionne, je jette ou je conserve. Mais là, je pense qu’on pourrait faire un premier tour. Tu t’arrangeras pour être en forme car moi, j’ai décidé que je ne porterai rien.

Ce qu’il y a à prendre ? Oh, dans l’immédiat, ce sont surtout des fichiers informatiques : des documents Word, des tableaux Excel, quelques photos JPEG. Tout ce que je suis sûr de vouloir garder mais sois rassuré, je ne donne pas dans l’espionnage industriel et commercial, non, je ça laisse à cette vieille Paulette Packard, du Secret and Commercial Agency of Intelligence Bureau. Moi, ce que je veux récupérer, ce sont des choses personnelles. Je sais qu’il y a des écrits que j’avais pondus pour des occasions particulières : des anniversaires, des départs de collègues… Et des modèles de listes de courses, entre autres. Une pour Bordeaux et une pour Biscarrosse.

Il y a peut-être des choses que j’avais archivées après les avoir consultées sur Internet. Il est possible qu’il y ait la liste des 1000 mots qu’on devrait connaître car je ne l’ai pas dans mon PC, ici, à la maison. Donc, si ce n’est pas ici, c’est donc là-bas. Ou alors, je l’ai perdue. D’ailleurs, j’avais également créé une liste pense-bête pour se souvenir des choses qu’on avait à faire. Mais je ne sais plus où elle est. Tout comme la liste pour bien ranger ses documents, dans un ordinateur. J’espère que ce n’est pas un début de Parkinson. Pardon ? D’Alzheimer ? Tu es sûr ? Ah bon, j’ai dû me tromper, alors. Oui, bon, d’accord, j’ai dû oublier. Ça arrive à tout le monde.

Bon, alors, c’est OK ? De toute façon, je ne vois pas pourquoi je te demande ton avis. Je ne vois pas pourquoi tu ne pourrais pas, non plus. Non, je ne t’engueule pas. C’est juste pour que tu sois prêt de bonne heure. Nous partirons à 2h45, cette nuit, alors, tâche de t’arranger pour être réveillé à l’heure qui va bien. Sinon, je peux gentiment te laisser dormir un peu et tu me rejoins vers 7h mais bon, je préférerais que tu conduises, après tout, je ne suis pas ta bonne, hein ? Tu essaieras juste de te coucher assez tôt, ce soir. Enfin, pas tard, quoi. Et penses à te couvrir, il peut faire frais à mon boulot. Normalement, il y a le chauffage mais parfois, ça caille.