D’aucuns vont à la messe, le dimanche. Pas moi. D’ailleurs, je pense que je suis même loin d’y retourner un jour. Que ce soit un dimanche ou un autre jour de la semaine. Déjà, même pour mes propres funérailles, il n’y aura pas de cérémonie religieuse. Juste un barbecue et je me suis porté volontaire pour jouer le rôle du mouton qui finira en méchoui. Et surtout, surtout pas de curé, pas de fleurs ni de couronnes. Pas de messe. Pas de prière. Pas de salut pour mon âme vu que je n’en ai pas. C’est ce que je viens d’expliquer à deux reprises au chancelier de l’archevêché de Poitiers à qui j’ai annoncé mon apostasie. Je renie mon baptême, oui, tout simplement.

D’autres vont faire du sport, le dimanche. Pas moi. Car c’est le seul jour où ils se sentent réellement libres d’aller courir, faire du vélo ou nager. Voire les trois. Pas moi. Moi, le dimanche, au mieux, je marche, ne serait-ce que pour aller promener les chiens du patron avec le patron. Et dans certains jours, rares, je peux louer un vélo en libre-service. Uniquement s’il y a des problèmes de transport. Ou si je n’ai pas envie d’aller en ville à pieds plusieurs fois dans la journée. Sinon, je suis assez doué pour le sport sur canapé. Je me prends pour un morceau de saumon fumé délicatement posé sur un petit carré de pain et je me laisse aller à attendre le temps qui passe. Les yeux ouverts ou fermés.

Et enfin, il y a ceux qui cuisinent. Qui prennent de l’avance sur les repas de la semaine à venir. Pas moi. Ah bien si, justement, comme moi. Parce que là, hier, à 17h, j’étais entre deux préparations. Mon plat de ce midi est déjà prêt et celui de ce soir aussi. J’avais également précuit les légumes frais achetés au marché ce matin pour le dîner de demain, mardi. Et il me restait la pizza du dimanche soir à assembler. Ça fait un moment maintenant que je fais ça le dimanche après-midi. C’est pratique. Vais-je conserver cette habitude en 2019, si je ne travaille plus ? Bah, je verrai. En tout cas, je n’irai toujours pas à la messe. Et je ne ferai toujours pas particulièrement de sport ce jour-là.