Je fais partie de ces 65 700 000 français qui ne se sont pas jetés sur le dernier disque d’allumer feu, le mari de Laetichiasse… Non, de Laetichieuse… Non, de Laetichienne (rayez les mentions inutiles.) Parce que je m’en fous, de ce dernier disque. Parce que ça ne m’impressionne pas qu’il s’en soit vendu 300 000 exemplaires dès le premier jour et qu’on en aurait prévu 800 000 dans le premier mois. Parce que tout ça, quand on y regarde de près, c’est monté en chantilly par les medias qui se régalent de tout ce qui tourne autour de la famille Boudou. Mais moi, non seulement je m’en fous, voire je m’en contrefous mais en plus, ça aurait presque tendance à m’énerver.

J’ai eu l’occasion d’entendre une partie de l’interview de la veuve sur TF1, au journal de 20h, hier soir je crois. De sa voix de pucelle qui aurait vu l’ange Gabriel (tu brûles mon esprit, ton amour étrangle ma vie…), j’ai bondi sur mes deux oreilles dans la voiture. En gros, elle a été très triste d’apprendre la colère de Laura S. et de David H. par voie de presse et par voix d’avocats interposés. Elle pense que ce genre de choses aurait pu se traiter autour d’une table, devant un bon carré d’agneau végétarien et peut-être un bon verre de vin, mais pas en place publique car ça relève de l’intime et ça ne regardait pas les gens. Ni les fans. Et encore moins ceux qui ne l’étaient pas. Si j’ai bien compris.

Ma petite Laetichiante… Non, Laetichiarde… Non, Laetichiale (rayez encore les mentions inutiles), quand on ne veut pas que les choses soient mises sur le devant de la scène, on s’arrange pour que rien ne le soit. Mais après avoir passé plus de vingt ans à tout montrer, mariage, enfants adoptés, deuil, funérailles and Co, ça me semble étrange de se plaindre d’une certaine médiatisation. Voilà. Quant au disque : c’est sûr que je ne l’achèterai pas. Pas plus que je n’en ai jamais acheté de lui, même s’il y a eu une période où je me suis vaguement intéressé à lui. Et quand j’entends qu’il avait gardé toute sa puissance vocale, je suis bien content pour lui. Moi, dans ce que j’ai entendu, je ne suis pas convaincu.