On ne sait pas trop s’il fait encore beau ou s’il fait déjà moyen. On hésite entre l’automne et l’été indien. Ça va, ça vient, quoi !... On n’a pas encore décidé de fermer la terrasse, tout est toujours ouvert. La table et les chaises attendent qu’on vienne s’y installer. Les jardinières sont encore fleuries. Les transats nous ouvrent tout le temps leurs bras pour qu’on vienne leur faire un gros câlin mais nous n’en profitons pas vraiment. Enfin si, plaisir des yeux, contrainte des arrosages et de l’entretien. Mais ça fait un moment qu’on n’a pas pu prendre un repas dehors. Et un moment que je n’ai pas fait la sieste au soleil. Un moment que je n’ai pas fait la sieste tout court, me semble-t-il.

On ne sait pas trop si on est en forme ou si on se traîne. Ça dépend des moments de la journée et des moments de la semaine. Ça dépend des saisons, comme le disait si bien Vivaldi. Là, un coup je suis au top et les deux coups suivants, j’ai l’impression d’avoir pris dix ans en quelques mois. Ce n’est peut-être pas 59 ans que je vais m’offrir, d’ici la fin de l’année. Si ça se trouve, je vais faire 71 et ça voudrait donc dire que j’ai été absent pendant douze ans. Cryogénisé ? En hibernation ? Dans un certain coma ? J’ai pleinement conscience que plus ça va aller, plus ça va être difficile. Et que la prochaine décennie m’apportera la retraite et que la suivante me verra bien plus vieux.

On ne sait pas trop si on est content de ce qui nous arrive ou si on doit avoir peur. Peur de l’avenir. Bon, ça, ça n’est pas nouveau, surtout chez moi. Et heureux de vivre malgré tout. Malgré toutes les angoisses. Malgré toutes les frayeurs. Malgré toutes les incertitudes. Malgré tous les malgré. Envers et contre tous. Plus souvent moins heureux que l’inverse mais quand je le suis, j’aime ça. J’apprécie l’instant sans avoir jamais appris à continuer de le faire. De le rester. Des petits bonheurs comme autant de surprises. Jamais rien de continu. Jamais constant. C’est pour ça que je ne sais pas trop. Et je ne suis peut-être pas le seul. On est combien à ne pas savoir trop ?