L’histoire commence fin 2017 quand nous nous sommes décidés à acheter un sommier électrique pour notre lit. Un lit de 160. Et, convaincus par l’argumentation du patron et du vendeur d’un magasin spécialisé, à Mériadeck, nous avons franchi le pas et avons été livrés, tant bien que mal, juste avant Noël. L’installation nous a semblé faite rapidement et sommairement par un livreur dont c’était la première fois. Mais nous avons pensé qu’il n’y avait pas de raison que ça ne fonctionne pas. Je passe les détails sous silence et nous avons commencé à dormir dans un nouvel espace un peu déroutant. Chacun son matelas, la tête et les jambes qui peuvent se relever ou se baisser avec cinq niveaux d’articulation et adieu les traversins qui coupaient la nuque et bonjour le sommeil de rêve.

Sommeil de rêve ? Très rapidement, c’est devenu une source de stress et d’angoisse : celle d’aller me coucher. Sommeil de cauchemar, en vérité. Déjà que je n’accroche pas tous les wagons dans le train du sommeil, alors, si en plus, on me fournit un sommier qui couine et qui grince rien que quand je veux me gratter l’oreille avec le petit doigt, ça ne va pas. Bon, qu’il émette un soupir de satisfaction quand j’arrive pour me coucher, parce qu’il est content de me voir, je peux le tolérer mais qu’au moindre mouvement, même petit, il couine et il grince, moi, je dis non, non et non. Et même encore deux fois non. Parce que du coup, je me suis mis à y penser dès le moment où j’entre dans la chambre, tous les soirs, en lui disant : prépare-toi, j’arrive dans cinq minutes.

En plus, comme j’ai déjà le sommeil léger, que je me lève entre 2h00 et 3h15 selon les saisons, pour mon boulot, j’ai vite contacté le marchand, dans l’Isère et ça fait des mois que ça traînait jusqu’à ce qu’on m’envoie une bombe de silicone pour en pulvériser à toutes les articulations du sommier, même si, au départ, on m’a répondu que ça n’était pas possible, que j’étais le premier client à me plaindre. J’ai fait ce qu’on m’a dit, hier, avec un doute plus qu’honorable sur le fait que ça ne marcherait pas. Contre toute attente, les couinements et grincements ont baissé d’environ 80%. J’en remettrai une couche tout à l’heure pour atteindre les 100% au plus vite. Mon nouveau problème, maintenant, quand je me tourne, je me réveille quand même pour être sûr que ça ne fasse plus de bruit.