Plus que six pour atteindre non pas l’inaccessible étoile mais un but que je ne m’étais même pas fixé. Non, vraiment. Je n’y ai jamais pensé, même dans mes rêves les plus fous. Et là, je me sens un peu joueur, je n’ai pas très envie de dire de quoi il s’agit car j’envisage de laisser mes quelques lecteurs et trices sur leur faim. Les faire chercher un peu. Les faire se creuser les méninges et les faire marcher leurs neurones. Vous avez vu, j’ai mis « neurones » au pluriel, c’est vous dire si j’ai de la considération pour mes visiteurs et teuses réguliers. Et sur ce dernier coup, désolé, le masculin l’emportant sur le féminin…

Plus que six pour atteindre un but bien particulier. Mais de quoi Diable parlé-je ? Alors, à votre avis, est-ce qu’il est question du nombre d’étoiles sur 5 que l’on pourrait attribuer à ces vegan intégristes qui n’ont rien d’autres à faire que de se mêler de ce qui ne les regarde plus en tombant dans la propagande, l’extrémisme et la Bêtise absolue avec un grand C comme dans Connerie ? Non. Ce n’était pas une si mauvaise idée que ça mais ce n’est pas la bonne réponse. Quelqu’un d’autre a une idée ? En même temps, on n’est pas pressé, surtout moi, j’ai tout mon temps puisque moi, je la connais, la solution.

Pardon ? Oui, au fond de la salle, merci de lui passer un micro car de là où je suis, on n’entend pas grand-chose. Plus que six jours avant d’arrêter de travailler ? Non, hélas ! Ça aurait pu être une excellentissime nouvelle mais non, pour l’instant, on reste au niveau du vœu pieu, pas plus… Oui, à gauche ? Il ne reste plus que six jours pour atteindre le mois d’octobre et donc de valider un nouveau trimestre pour ma retraite ? Pour la validation du trimestre, je suis d’accord mais pour atteindre le mois d’octobre, il ne nous reste déjà plus que 5 jours. Vous avez un métro de retard, mademoiselle. Ou madame, peut-être ?

Oui, là, au troisième rang (comment fais-je pour avoir plusieurs rangées de lecteurs et trices alors qu’ils peuvent se compter sur les doigts d’une main voire de deux, par hasards ou par erreurs de clics) : il ne me reste plus que six euros dans mon porte-monnaie pour finir le mois ? Déjà, je me demande comment vous pourriez savoir ce que j’ai comme argent sur moi mais bon, il y a des espions partout, on le sait. Ensuite, non, pas tout à fait. Il me reste 6 euros et 87 centimes pour finir le mois. Vous n’étiez pas loin mais ce n’était pas la bonne réponse, encore une fois. N’oubliez jamais les décimales, ça fait la différence, parfois.

Alors, tout le monde sèche ? Bon… Eh bien, je pense que je vais lever la séance et vous retrouver une prochaine fois. Je ne sais pas quand. D’ici là, vous aurez eu la réponse à ma question en forme de devinette mais je suis assez pervers pour vous en poser une autre. Tout aussi difficile. Car être lecteur de ce blog, forcément, ça se mérite. Sinon, ça ne me vaudrait pas la peine d’écrire tous les jours. Moi, j’ai le cœur léger par rapport à ce « plus que six » parce qu’il faut bien se trouver quelques contentements dans ce monde de brutes. Ou dans ce monde qui semble partir à vau-l’eau. Et non pas à vélo.