Et si tu n’existais pas, dis-moi pourquoi j’existerais ?...

Peut-être tout simplement parce que si tu n’existais pas, j’aurais peut-être fait la connaissance de quelqu’un d’autre avec qui j’aurais pu aussi vivre une très belle histoire. Va savoir. Après tout, peut-être que si tu existais ailleurs que dans ma vie, ça n’aurait pas changé le monde. En plus, tu existais avant qu’on se rencontre et tu continueras d’exister après qu’on se perde de vue. En tout cas, si tu n’avais pas existé dans ma vie, j’aurais vécu autrement. J’aurais peut-être rêvé de toi mais peut-être pas. Comme je n’aurais pas su te décrire ailleurs que dans mes rêves…

Pour traîner dans un monde sans toi, sans espoir et sans regret…

À la différence que peut-être aurais-je connu quelqu’un d’autre avec qui j’aurais vécu une histoire passionnelle et fusionnelle, ce qui m’aurait totalement accaparé et je n’aurais alors jamais eu le loisir de traîner dans un monde sans toi. Et sans savoir que tu existais, je n’aurais pas eu de regret. Pas même l’once d’un remords. J’aurais pu, au pire (ou au mieux) vagabonder d’île en île et m’amuser pour voir ailleurs si tu y étais mais non, vraiment et définitivement, sans regret. Avec juste la sensation que quoiqu’il arrive, l’espoir fait vivre et peut donner des ailes.

Et si tu n’existais pas, j’essaierais d’inventer l’amour…

Comme si, même si tu existais, l’amour n’était pas à réinventer chaque jour. Jour après jour. Nuit après nuit. Dans un monde idéal, celui auquel je crois plus qu’en un Dieu improbable, oui, si tu existais, nous serions sans cesse en train de créer des façons de nous aimer mieux, encore et encore et toujours. Et là, toi, que je ne connais pas, qui n’existe pas, tu es quand même dans mes pensées comme si c’était possible qu’un jour, peut-être, nous nous croiserions et nous nous reconnaîtrions. Ça s’est déjà un peu produit mais c’est moi qui ai choisi de ne pas te suivre.

Je pourrais faire semblant d’être moi mais je ne serais pas vrai…

Si, je crois que je suis quand même moi, même si tu n’existes pas. Encore faudrait-il être sûr que tu n’existerais pas, c’est ce qu’on dit dans la chanson mais moi, j’ai comme un doute. Il me semble que t’apercevoir, plusieurs fois, dans ma vie, récemment, m’a fait penser à toi. Que tu pourrais exister et alors, soudain, tout deviendrait possible. Mais je n’ai pas cherché à te retenir, j’ai préféré te laisser continuer ton chemin et nous en remettre aux hasards. Parce que si tu existes vraiment, alors, nous nous reverrons. Et ça, personne ne peut encore le dire ni le chanter.

Et si tu n’existais pas, dis-moi pourquoi j’existerais ?...