Dans le cadre du deuxième amendement, celui qui autorise le port des armes, aux États-Unis, je viens de me commander un pistolet par Internet. Et je n’en reviens pas comment ça ne m’a posé aucune difficulté de faire cet achat. On ne m’a rien demandé, ni copie de ma carte d’identité, ni celle de mon passeport, ni d’autorisation parentale mais en même temps, je suis majeur, alors, l’autorisation de papa, maman, autant vous dire que je m’en tamponne le coquillard.

Je dis ça mais en même temps, c’est juste parce que je suis devant mon clavier et mon écran d’ordinateur car j’ai été bien élevé par mes parents en question, moi, je ne me permettrais pas de leur parler comme ça. Surtout par devant. Oh, et même par derrière, je crois que je ne le ferais pas. Mais les vanner, gentiment, oui, ça, je sais faire. Je sais le faire avec tout le monde. Et pas sans talent. Pardon pour ce cours d’excès d’immodestie.

Pour en revenir à mon achat d’arme, j’en suis moi-même le premier étonné. Ça m’a pris comme une envie de pisser, à force de ne plus trop en pouvoir, surtout en ce moment. Avec les beaux jours, ils viennent et reviennent de plus en plus souvent, trop et ça a fini par me taper sur les nerfs, sur le système et là, je sens que je suis arrivé à un point de non-retour. Il était devenu urgent et indispensable que je fasse quelque chose.

Alors, j’ai décidé de m’équiper pour pouvoir tirer dans le tas, s’ils sont plusieurs à venir me déranger ou sur un seul d’entre eux, s’il est justement seul d’entre eux à venir me déranger pendant mes siestes, mes précieux moments de détente et/ou de lecture sur la terrasse. Si j’ai acheté cet appartement, il y a deux ans, c’était parce que cette grande terrasse était sans vis-à-vis et donc, promettait un art de vivre sans aucune nuisance.

Je m’étais mis le doigt d’honneur dans l’œil. Et donc, contre mauvais fortune, très mauvais cœur, je n’avais plus que cette solution. Faire comme tous ces cons qui possèdent une arme chez eux. Sauf que moi, ce n’est pas pareil. Parce que je suis moi. Et parce que pour les combattre, les faire partir, tous ces pigeons, je n’ai pas d’autre solution que leur faire peur avec un pistolet à eau. J’en ai trouvé un qui a une portée de 10 mètres. Je sens que je vais bien m’amuser. Pervers !