Pardon, monsieur le directeur général de l’entreprise, la petite entreprise dans laquelle je travaille avec un bonheur indicible et une joie de tous les instants. Pour un peu, j’en ferais plus, du temps de travail, ici tant je m’y sens bien, à l’aise comme un poisson dans l’eau. Comme un poisson vivant, dans l’eau. Parce que si c’était pour être comme les poissons qui sont dans nos stocks, un peu morts pour certains et beaucoup décédés, pour d’autres, non merci, je n’aimerais pas être comme eux. Presque pas du tout. Oui, donc, pardon, monsieur le vénérien direct… le vénéré directeur général de l’entreprise, est-ce que c’est normal si j’ai froid, ce matin, alors qu’il fait presque 30° degrés dehors ? C’est fou, d’ailleurs, de penser qu’il y a plus 5 fois plus de degrés dehors que de personnel, dedans. Bon, là, nous ne sommes que les gens du jour et moi, mi-nuit, mi-jour. Oui, puisque nous sommes 6, stagiaire et moi compris. Et moi, je vais bientôt débaucher alors que lui, il arrive seulement.

Excusez-moi d’insister, monsieur le directeur général de l’entreprise dans laquelle je travaille avec un enthousiasme mal contrôlé, je me permets de vous reposer ma question qui n’avait rien de subsidiaire (surtout pour une fois que je demande quelque chose, hein ?) : est-ce normal si j’ai si froid, là, depuis un petit moment, ce matin alors que dehors, c’est plus j’avance, plus canicule, comment veux-tu, comment veux-tu ? Oui, regardez, là, j’ai la chair de poule et chez un mareyeur, ça fait un peu poule mouillée, je trouve. Pas très viril. Déjà que je ne l’ai jamais été au point de figurer sur aucun podium !... Oui, j’ai froid et c’est pour ça que j’ai dû remettre ma doudoune, celle que je porte tout le temps pour traverser la plate-forme réfrigérée mais pas que. Et en plus, je sais que la climatisation n’est pas au plus froid de ses capacités, je suis allé vérifier, elle est sur 21°. Ni plus, ni moins. Une température ambiante tout ce qu’il y a de plus acceptable. Et supportable.

Alors, monsieur le directeur général salarié ? Non, ne me dites pas que c’est la proximité des chambres froides, de la morgue pour poissons, coquillages et crustacés, elle n’a pas changé de place depuis samedi dernier, à ce que je sache. D’habitude, depuis le début du mois, je n’ai jamais froid mais ce matin, oui. J’aimerais juste comprendre. Pour ce que ça vous prendrait de votre précieux temps, si vous pouviez m’apporter un élément de réponse. Un début d’élément de réponse, alors ? Un embryon de début d’élément de réponse, non plus ? Bon, eh bien je sais ce qui me reste à faire : ne compter sur moi et mes dix doigts. Avant qu’ils ne gèlent, ceux-là. Et qu’on m’en ampute. Non, je n’exagère pas, j’ai juste froid. Et qu’on ne me dise pas non plus que c’est hormonal, hein ? Ah ça y est, je me demande si je n’ai pas trouvé la solution tout seul : vous voulez me conserver encore longtemps dans le meilleur état possible, c’est ça, vous êtes en train de me cryogéniser à petit feu ! Mais moi, vous savez, je ne suis pas du tout sûr d’être (même partiellement) d’accord !