Hier, dimanche, 12h47… Je regarde le petit écran qui affiche 999 996… Waow, je vais atteindre le troisième million dans quelques secondes. Alors, je m’arrête de monter les marches du restaurant, histoire de profiter, non, de savourer cet instant. J’attends un peu, je regarde le menu du jour qui est affiché, là, en haut de l’escalier. Et je pense que je ne vais pas prendre le gaspacho de melon et pastèque car, d’une part, j’ai très faim et d’autre part, comme je vais certainement prendre la soupe de fraises en dessert, je ne voudrais pas prendre un repas uniquement liquide. Ce n’est pas parce qu’il fait chaud qu’il faut tout manger avec une paille. D’autant qu’on connaît maintenant très bien le caractère très polluant de ces tubes en plastique qu’on adorait quand on était enfant.

Je fais un pas de plus, je monte une autre marche pour me mener à ce cap que je trouve personnellement incroyable et digne d’être relevé : 999 997. Et je pense que je vais me laisser aller à boire un apéritif, si le patron propose d’en prendre un. Pierre, lui, son neveu, je sais qu’il dira oui, tout de suite, sans réfléchir. De toute façon, il ne réfléchit jamais. Il n’aurait pas pu être réincarné en miroir, lui. Pas même en rétroviseur. Comme il fait très chaud, j’avoue qu’un grand verre de Spritz me ferait très plaisir. Avec quelques bulles. Parce que sans bulles, la fête est moins folle. Allez, une marche de plus vers ma gloire : 999 998. Dans deux pas, je vais atteindre mon troisième million. Le deuxième me semble déjà encore si proche, je n’en reviens pas moi-même.

Je m’en souviens fort bien, c’était le 21 mars dernier. Il m’avait fallu seulement 116 jours pour atteindre le deuxième million contre 132 pour le premier. Et là, seulement 110 jours. De mieux en mieux. Tiens, pour la peine : 999 999 ! Et je prendrai des pavés de bar snackés en plat principal. Avec une compotés de fenouil aux légumes de saison. Et une sauce chien. Mais pas de café, après le dessert, non, merci. Allez, je lève le pied gauche (ça porte bonheur) et j’arrive au trois millionième pas depuis que j’ai mon podomètre. Et pour battre un nouveau record, il faut que j’arrive au quatre millionième avant le 24 octobre. Plus j’avance en âge, moins je recule en nombre de pas. Comment veux-tu, comment veux-tu…