Chouchou, viens voir là, un instant, j’ai un truc à te dire. Tu finiras après ce que tu étais en train de faire, ce n’est pas très important. C’est quoi, d’ailleurs, ce que tu fais, là ? Tu es en train de monter le nouveau coffre de rangement pour la terrasse ? C’est bien ce que je dis, ce n’est pas urgent, il va encore pleuvoir d’ici ce soir, alors… Oui, dis-moi donc un truc et surtout, j’espère que tu ne seras pas gêné, je te rappelle que je t’ai embauché pour être à mon service mais pour un peu tout, en fait.

Tiens, regarde cet article sur l’andropause, là. Il y un questionnaire pour savoir si on peut être touché. Tu vas répondre aux questions que je vais te poser et on verra quel score tu as, à la fin. Oh, et ne fais pas ton timide, je te rappelle qui tu es ? Bon, je suis passé par là, déjà, bien avant toi, donc, ne fais pas ta mijaurée. Et en plus, un jour, tu seras concerné, alors, autant savoir déjà où tu en es.

Alors, quand tu t’épiles les jambes, est-ce que tu préfères le faire à la cire ou à l’épilateur électrique, mais ce n’est pas le bon questionnaire ! Excuse-moi, je me suis trompé de magazine, là, je viens de prendre Marie-Claire, un vieux numéro que j’avais piqué chez un médecin car il y avait des recettes de plats portugais qui me semblaient plutôt bons et pas gras. Attends, je cherche l’autre.

Ah voilà, Mareyage et Sexualité, c’est ce numéro que je cherchais. Oui, c’est un magazine spécialisé que j’ai grâce à mon boulot et je le lis parce que de toute façon, il m’arrive de ne rien avoir d’autre à faire. Mais attention, ça n’a rien à voir avec Sexualité avant le mareyage, qui elle, est une revue nettement plus érotique. Je n’y suis pas abonné. Pas besoin, j’ai déjà assez d’imagination comme ça.

Attends, le téléphone. Oui, allo ? Oui, bonjour maman, ça va ? C’est ma mère qui s’inquiète de savoir si nous n’avons pas trop souffert des orages, hier soir. Non, non, on n’a rien eu. Juste beaucoup de vent et des trombes d’eau mais bon, au cinquième, on risque assez peu l’inondation. Je suis avec Chouchou, là, il fait un truc pour moi. Oui, ça se passe bien. Il te dit bonjour, hein, Chouchou ?

Bon, alors, on y répond à ce questionnaire ? Mais tu as déjà tout fait ? Je suis resté si longtemps que ça avec ma mère ? Ah bon… Et alors ? Combien de oui ? Juste quelques troubles du sommeil ? Ah ben, comme moi ! On a au moins un point commun. C’est tout ? Tu as donc 9 « non » sur 10 questions ? Bravo, je vois que monsieur pète la forme, comme les harengs, finalement.

Bon, ça signifie que tu es encore loin d’être en andropause. Je m’en approche plus que toi mais c’est normal puisque tu es ma version en mieux, donc en plus jeune et que moi, j’ai l’âge que tu finiras par atteindre quand tu auras mon âge. Oui, tu as raison, je me demande si je ne devrais pas aller m’allonger un peu. J’ai comme un coup de fatigue, là, tout d’un coup et je transpire, je ne te dis pas.

En tout cas, je suis content de savoir que tu es comme Saint-Éloi, que tu bandes encore. Et si ça peut te rassurer, vu que dans un avenir certain, tu seras toujours moi en plus jeune mais plus vieux, ça ne va pas s’arrêter du jour au lendemain. Mais, s’il te plaît, garde ça pour toi. On va éviter, tous les deux, oui, tous les deux, on va éviter de parler de tout ça devant ma mère. Un peu de pudeur, quand même.

Allez, tu viens me réveiller à 2h15, cette nuit ? Tu n’oublies pas, hein ? Cette fois, c’est 2h15. Et tu me réveilles en douceur, s’il te plaît. Parce que je sais déjà que ça ne me fera pas plaisir, alors mets-y les formes. Comme l’autre jour, c’était parfait. Mais pas comme hier matin, là, tu as été moins bon. Voire très moyen. Je ne vais pas te le reprocher pendant dix ans mais sache qu’hier matin, c’était vraiment très moyen. Bon, allez, monsieur le non-andropausé, je vais dormir, à demain.