Ce matin, je n’avais pas, mais pas du tout envie de me lever et j’ai donc appelé (mentalement) Chouchou pour qu’il prenne ma place mais il n’a pas bougé le petit doigt (lequel ?) et du coup, c’est encore moi qui m’y suis collé. Si ça se trouve, le mec Chouchou, il est syndiqué CGT et je ne m’en suis pas rendu compte. Je tirerai ça au clair quand je serai plus disponible dans ma tête. Pour l’instant, je me sens un peu fatigué et limite d’humeur maussade voire acariâtre. Je vais encore faire de la concurrence au président. Ça va devenir une routine, ça, si je n’y prête pas garde. Pourtant, on ne peut pas dire que je le sollicite beaucoup, Chouchou. Ça peut donc signifier deux choses : soit je l’ai engagé pour rien. Soit c’est vraiment un emploi fictif.

Si c’est un emploi fictif, il faudrait que je trouve le moyen de contacter quelqu’un de l’entourage de François Fillon pour en savoir plus à ce sujet. Tiens, à propos de Fillon, je repense à Nicolas Dupont-Aignan qui s’est fait prendre à partie, l’autre samedi chez Ruquier. Il a crié à l’assassinat politique mais il ne devrait pas s’en faire autant, de toute façon, il ne pourra jamais être élu président de la République Française. Jamais. Parce que moi, en tant que dictateur officieux, je viens de décréter qu’on ne peut pas élire plus d’un seul président prénommé Nicolas. On a déjà au Sarkozy, ça va très bien comme ça. Tout comme les François, là aussi, c’est fini, F-I, fi, N-I, ni, fini !

Ça laisse une infime chance à Jean-Luc Mélenchon mais bientôt, il sera hors d’âge. Donc, si un Jean-Luc se sent d’attaque pour envisager de se présenter pour 2022 voire 2027… Ça me fait penser qu’il n’y a jamais eu de Stéphane président de la République en France. Et ça, je trouve que c’est une énorme faute de goût. Mais en ce qui me concerne, je n’ai pas tellement envie de me retrouver à cette place, surtout pas à mon âge. Et en plus, comme je suis contre le cumul des mandats et que je suis déjà dictateur putatif, je me vois mal avoir les deux casquettes, si je puis dire. Surtout que j’ai quand même plus de pouvoir en tant que dictateur qu’en tant que président.

En tant que dictateur, je n’ai pas besoin d’être ni élu et encore moins réélu. Je fais, fais, fais ce qui me plaît, plaît, plaît quand ça me plaît, plaît, plaît. Alors que quand on est président, on doit se plier au suffrage universel. Et on peut vite devenir la cible des medias. Moi non, personne n’oserait me critiquer ni me caricaturer sous peine de se voir embastiller illico presto. C’est ça que j’aime quand je suis ronchon-dictateur, c’est que dans ma tête, je suis le maître du monde. Ça me permet de tenir le coup. Pas forcément de me sentir mieux physiquement voire moralement, mais de tenir le coup jusqu’au retour d’un espéré mieux-être.

Ou alors, c’est l’andropause. Et là, comment le savoir ? On dit qu’il n’y a pas d’âge précis pour ça, chez les hommes et que les symptômes ne sont pas systématiques. Réfléchissons plutôt et cochons (qui s’en dédit) les cases : baisse de la libido, non ; baisse d’intensité des érections, non ; baisse de fréquence des érections, non ; troubles du sommeil, oui ; fatigue générale, oui ; augmentation du tour de taille, oui (mais uniquement du ventre) ; perte musculaire, non ; baisse de la pilosité, non (je n’ai jamais été beaucoup poilu) ; sudations parfois excessives, oui ; nervosité accrue, pas plus qu’avant ; poussée de la poitrine, non. J’ai 6 « non » sur 10. Donc, ce n’est pas l’andropause. Donc, c’est juste de la fatigue à force de me lever la nuit pour aller travailler. Donc, il faut que je pense à m’arrêter le plus rapidement possible. Chouchou, viens voir, là, j’ai un truc à te dire !