Qu’est-ce que tu manges, Stéphane ? Hmmm… Un chandwich… Ah ? Et il est bon ? Hmmm… Oui, ch’est bon… Et il est à quoi ? Au chalami… Avec des chips… Au salami et aux chips ? Non, au chalami avec des chips. Attends, ch’avale… Tu manges un sandwich au salami avec des chips, toi, Stéphane ? Le Stéphane qu’on connaît ? Toi qui… Toi qui quoi ? Qui que quoi dont où ? Ben oui, des fois, je me lâche. Ah ça, oui, tu te lâches, je vois ça. Tu ne le fais pas à moitié !...

Je ne sais pas pourquoi tu fais l’étonné parce que j’en avais déjà parlé des sandwiches à la baguette et aux chips. Oui, je me souviens très bien. Plusieurs fois, même. Mais bon, il n’y avait que des chips, dans le pain. Là, en plus, il y a du salami. Dans le genre diététique, tu repasseras. La diététique, c’est le plaisir qu’on a à manger ce qui nous fait envie. Oui, ça, j’ai compris mais là, enfin, quand même, tu crois que ça te fait du bien un sandwich aux chips avec du salami ?

Non, tu as tort. Ce n’est pas un sandwich aux chips avec du salami. Nuance ! C’est un sandwich au salami avec des chips. Tu exagères, je ne vois pas vraiment la différence. Si, parce que d’abord, j’ai mis du salami et ensuite, seulement ensuite, quelques chips. Pour le côté croustillant. Parce que c’est super agréable en bouche. Et que c’est un peu régressif et il y a des moments, où c’est encore meilleur de se laisser aller comme ça…

Mais, franchement, ce n’est pas un peu gras, quand même ? Et un peu salé, aussi, je te l’accorde. Justement. Quoi, justement ? Justement. On nous bassine contre le sucre et on nous dit qu’on ne mange plus assez de gras, qui est bon pour notre cerveau et nos muscles. Surtout pour tes abdominaux ! Beuh, c’est malin… Enfin bref, moi, au gras, j’y ai juste ajouté un peu de sel. Avec les chips. Et puis je ne m’en suis fait que deux petits, des sandwiches.

Et tu ne mets pas de beurre, avec ton salami ? Ben non. Pourquoi ? Parce que là, ça serait trop gras. Vraiment trop gras. Quoique… Quoique quoi ? Quoique quoi dont où ? Non, je plaisante. J’ai envie de dire que le beurre, c’est mieux avec le pâté, je pense. Du beurre avec du pâté ? Mais tu es dingue ! Bibendum, Pantagruel et Gargantua, sortez de ce corps ! Laissez mon pote Stéphane redevenir ce qu’il était avant vous !...

Ben non, regarde, l’autre jour, au restaurant, à Parthenay, avec mes parents, on nous a bien conseillés de mettre du beurre d’escargot avec les rillettes. Et même avec la terrine de boudin mais là, moi, je n’en ai pas pris car je n’aime pas le boudin. Le noir. Sinon, j’aurais essayé. Pour savoir. Et les rillettes au beurre d’escargot, ça passe. Ce n’est pas aussi affriolant que les chips dans de la baguette mais ça passe. Bon, je peux manger mon troisième ?

Parce que tu en as préparé un troisième ? Non, je les fais au fur et à mesure. Je ne les prépare jamais à l’avance car je ne sais combien j’aurai faim. Mais tu as vu l’heure ? Il est 17h45. Et alors ? Je ne mangerai que vers 19h, ce soir. Ça va, non ? Trois sandwiches au salami et aux chips à moins de deux heures du dîner. Je crois qu’il y a un problème, là. Mais non, t’inquiète ! Allez, j’ai un petit creux, là. Hmmmm… Oh la vache, cha croustille, qu’est-che que ch’est bon…