Cher confrère, je me permets de vous adresser ce courrier au sujet de mon patient, Stéphane G. car il présente quelques troubles que je qualifierais assez facilement d’obsessionnels et une tendance très marquée à une névrose qui me fait craindre d’éventuels passages à l’acte. À l’acte de quoi ? C’est justement là toute la question, toutes les questions que je me pose. Si encore j’étais sûr qu’il ne s’agissait que d’un acte de bravoure mais je crois que la place est déjà prise par un dénommé Mamadou Gassama, ce réfugié qui a sauvé un enfant de quatre ans suspendu dans le vide à son balcon. Non, de ce que je sais de Stéphane G., il aurait été incapable d’escalader les étages par l’extérieur pour sauver cet enfant mais je pense qu’il aurait pu les escalader en prenant l’ascenseur ou, au pire, l’escalier et alors, il aurait cherché à comprendre combien de temps l’enfant pouvait tenir par la seule force de ses bras et combien de gorgées de café ça lui aurait pris d’attendre pour obtenir la réponse. Ou alors, il se serait demandé comment l’enfant se serait retrouvé dans cette position pour le moins inconfortable.

Mon client, Stéphane G. ne serait sans doute pas non plus passé à l’acte notarié. En tout cas, pas pour acheter l’appartement en question, nettement trop chargé en émotion et avec un balcon si dangereux que même des enfants de quatre ans peuvent passer de l’autre côté sans qu’on y prenne garde. Sans même pouvoir prendre le temps de faire une heure de Candy Crush tranquille. C’est un monde, quand même, ça, aux yeux de mon client qui est effaré de constater que dès quatre ans, désormais, les enfants sont prêts à tout pour se rendre intéressants aux yeux d’un père un peu absent, certes, mais un père quand même et pire, pour pouvoir être filmé et vu des millions de fois sur les réseaux sociaux.  Du temps de mon client, les enfants de quatre ans n’avait pas ce niveau d’éveil là. Est-ce parce qu’ils prennent du café aussi jeunes que ce gamin suspendu dans le vide ? Mais alors, si un enfant de quatre ans prend du café, le prend-il filtre ou dosette ? Et combien de dosettes un môme aura-t-il pris si on part du principe qu’il en boit une par jour, jusqu’à sa majorité ? Mon client a déjà un résultat : entre 6570 et 6575.

Mon client Stéphane G. n’a pas pu être plus précis pour la simple raison suivante : il ne sait pas combien d’années bissextiles auront eu lieu dans les 18 premières années de la vie de cet enfant. Et, cher confrère, voyez-vous, cette idée même de ne pas pouvoir donner un résultat au plus juste, avec un écart possible de 5, ça le met dans des états qui me font vraiment craindre le pire. Quand j’évoquais un éventuel passage à l’acte, je pense qu’on est exactement à l’instant J, au moment T et à l’heure M de ce que je redoutais tant. C’est le passage à l’acte. Et cette fois, je sais de quel acte il s’agit. Mais heureusement, je viens de découvrir que le pire n’est pas encore arrivé. Mon client a juste voulu faire un acte manqué. Parce qu’il n’a pas su calculer le nombre de dosettes de façon tout pile. Et il a haussé les épaules avec une espèce de sourire qui n’est peut-être pas si rassurant que ça… Car en même temps qu’il quittait mon cabinet, je l’ai entendu se demander, à voix basse : combien pèse une dosette de café ? Et quel poids de café Georges Clooney a-t-il pu prendre depuis qu’il est sous contrat avec Nescafé ? What else ?