Empoter ou rempoter des plantes, au premier abord, ça fait un peu corvée, surtout après une nuit bien longue au travail et une matinée tout aussi interminable (et dans interminable, il y a « minable ») mais j’ai préféré m’y mettre tant que j’étais crevé. Quitte à être à ramasser à la petite cuiller (en argent ?), autant l’être totalement. Absolument. Fondamentalement. Et avec ces trois adverbes, qu’est-ce qui vous ferait plaisir ? Ici, on trouve tout, comme à la Samaritaine. Alors, qu’est-ce qui vous ferait plaisir ? Un monde meilleur ? Ah, ce n’est pas de chance, c’est justement la seule chose qu’on n’a jamais pu avoir en stock. Et je ne pense pas que vous puissiez même trouver ça ailleurs.

Après, c’est à vous de voir. C’est vous qui voyez, comme on dit, dans ces cas-là. Je peux vous proposer un lendemain qui chante. Mais je n’en ai qu’un seul. Un seul en stock. Ça ne vous suffira pas, je suppose. Même si c’est mieux que rien. De toute façon, c’est toujours mieux que rien, non ? Après, laissez-moi réfléchir deux minutes… Voyons, qu’est-ce que je pourrais vous proposer de bien optimiste ? Voyons, voyons… Là, dans le coffre, j’ai tout un lot de « ça ira mieux demain ! » mais est-ce que ça va être la bonne taille pour vous ? Et puis, je crois qu’il manque un morceau.  Le lot que nous avons, c’est uniquement avec des « ça ira .ieux de.ain ! » On n’a jamais retrouvé les 2 « M » qui allaient avec.

Non, vraiment, votre demande est quand même très, très spéciale. Ça ne va pas se trouver sous le sabot d’un cheval, ça. Vous savez, il y a belle lurette que ça n’est plus à la mode. C’était à la mode de quand ? Je ne saurais être plus précis car je n’en ai jamais eu en stock, pour tout vous dire. Ici, je vous rappelle que l’enseigne, c’est « Au jour le jour », alors les « lendemains qui chantent » et les » ça ira mieux demain », on ne connaît pas trop ça. Ah mais attendez, j’ai un magnifique « l’espoir fait vivre », comment le trouvez-vous ? Trop abstrait ? Vous préféreriez avoir des certitudes. Je comprends. Mais je suis désolé, nous n’avons rien pour vous.