Je l’avais bien dit qu’il ne fallait pas changer d’heure. Non seulement, j’ai très mal dormi mais en plus, je me suis réveillé très tôt, dans la nuit, comme si c’était un jour de travail alors que justement non. Et en plus, je n’ai pas réussi à dormir plus longtemps que 6h30, heure locale, c’est-à-dire 5h30, heure d’hiver. Je me suis donc levé fatigué. Heureusement, je n’avais pas grand-chose à faire ce matin, si ce n’étaient mes courses pour jusqu’à jeudi et ensuite, la promenade dominicale des chiens avec le patron. Avant un déjeuner (frugal) et une sieste. Si ce n’est que tout est parti un peu en vrille. Une accumulation de choses énervantes, stressantes, fatigantes.

D’abord, le Chuka, il m’a accueilli comme d’habitude, il n’a pas voulu que Kali me fasse la fête pour me dire bonjour. C’est un empêcheur de dire bonjour en rond. Et il m’a mordu (pincé, pour être plus précis) le mollet droit. C’est une de ses mauvaises habitudes, il mordille les jambes quand on marche et les mains quand on veut le caresser. Ensuite, je suis allé sur un des canapés où Kali m’a sauté dessus en gémissant, sa façon à elle de me saluer en sachant qu’elle est ma chouchoute (elle le sait fort bien, la coquine !) et là, Chuka m’a mordu (pincé, pour être de nouveau plus précis) le bras droit. Je l’ai engueulé mais je crois qu’il s’en fout.

Après, pour la promenade, il s’est jeté sur des gros bouts de pain que des gens avaient jetés par terre pour les oiseaux. Il s’en serait fait péter la panse. Alors, j’ai voulu l’empêcher de continuer en le rattachant à sa laisse mais il n’a pas voulu se laisser faire. Il nous a fallu une bonne vingtaine de minutes sous la pluie avant que je ne parvienne à l’attraper par son collier, en le soulevant en l’air pendant qu’il essayait de me mordre vraiment. Et là, le patron a réussi à lui remettre sa laisse. Et je peux vous dire qu’il a filé droit pendant un moment, après mon intervention autoritaire. Mais je n’étais pas au bout de mes surprises.

Comme Claude a voulu sortir aussi, il est venu, dans son fauteuil roulant, que le patron poussait et moi, je tenais les deux chiens. Sauf qu’à un moment, la laisse de Kali s’est entortillée (comment était-ce possible ?) dans les pattes arrière de Chuka. Il pleuvait de plus en plus fort et ça m’a été impossible de lui retirer cette entrave car il ne voulait plus se laisser approcher par moi et moins il le voulait, plus ça m’énervait et moins il en voulait et plus je m’énervais. Alors, n’en pouvant plus, j’ai décidé de continuer et de traverser le cours d’Albret avec Chuka qui marchait comme il pouvait vu que je ne pouvais pas le libérer.

Et une fois de retour chez le patron, il a fallu que je m’occupe de tenter de réparer sa boîte mail sur son Mac. N’y arrivant pas, j’ai fini par avoir de l’aide d’Outlook.com. Un certain Rachid qui a pris le contrôle de l’ordinateur à distance et qui s’est chargé de tout réparer. Si ce n’est que pendant que nous étions en communication avec lui, l’IPhone du patron s’est verrouillé et plus ça allait, plus le niveau de stress frôlait le rouge.  Bon, finalement, tout est rentré dans l’ordre mais moi, je l’avais bien dit, je suis  sûr que tout ça vient du changement d’heure qui a joué sur les hormones d’Apple et du petit Chuka. Ces deux petits cons.