Cette nuit, on va passer à l’heure d’été. Un faits divers qui n’arrive qu’une fois par an. Ploc. Personnellement, je suis plutôt un peu contre pour ne pas dire carrément contre. Mais comme on ne me laisse pas le choix, je suis obligé de subir et ça m’embête car je pense que ça pourrait être à la carte. Ploc-ploc. Chacun choisit son heure, celle qui lui va bien. Et après, ce n’est qu’une question d’arrangement et d’organisation. Ploc. Et bon, ça, c’est un vœu pieu. Ou un peu vieux. Ploc-ploc. Oh non, ne me dites pas que ça va recommencer. La pluie. Ploc-ploc. Plic. Ah si. Moi qui pensais qu’on allait avoir un jour de repos, eh bien, je me le suis mis bien profond dans l’œil. Ploc-ploc-plic-ploc. J’ai intérêt à me dépêcher de terminer ce billet sinon, je pense que je vais prendre la saucée. Ploc-ploc, plic, ploc-ploc. Ploc-ploc, plic-plic, ploc-ploc-ploc-plic-ploc. Bon, il est où mon parapluie ? Ploc-ploc-plic-plic-plic-ploc-ploc.

Bon, alors, ce soir, cette nuit, ploc-ploc-ploc-plic-plic-ploc-plic-plic ploc-ploc-ploc-ploc-plic-plic-ploc, cette nuit sera plus courte et donc, sauf si on se couche plus tôt, ploc-ploc-ploc, on dormira une heure de moins plic-ploc-plic-ploc-ploc-ploc-ploc-plic-plic-ploc-plic-plic ploc-ploc-ploc-plic-plic-ploc-plic-plic. Oh la la, qu’est-ce qui tombe ! De l’eau, oui, je sais. Ploc-ploc-ploc-plic-plic-ploc-plic-plic. Mais en plus, elle est vachement mouillée. Plus que d’habitude. Plus que ce matin où c’était surtout ploc-ploc-ploc-ploc-plic-plic-ploc-plic-plic-ploc-ploc-ploc-plic-plic-ploc-plic-plic, où ce matin, c’était plus du crachin ploc-ploc-ploc-plic-plic-ploc-plic-plic-ploc-ploc-ploc-plic-plic-ploc-plic-plic-ploc-ploc-ploc-plic-plic-ploc-plic-plic. Bon, j’en étais où ? Ah oui, je prendrai une douche, quand j’aurai terminé d’écrire ce billet ploc-ploc-ploc-plic-plic-ploc-plic-plic-ploc-ploc-ploc-plic-plic-ploc-plic-plic-ploc-ploc-ploc-plic-plic-ploc-plic-plic-ploc.

D’ailleurs, ploc-ploc-ploc-plic-plic-ploc-plic-plic, je me demande, ploc-ploc-ploc-plic-plic-ploc-plic-plic, quelle onomatopée représenterait le mieux la pluie, ploc-ploc-ploc-plic-plic-ploc-plic-plic. J’ai pensé à ploc-ploc ou alors plic-plic. Ou même les deux. Ploc-ploc-ploc-plic-plic-ploc-plic-plic-ploc-plic-plic-ploc-plic-plic-ploc-ploc. Ou alors, peut-être flip-flip ou flac-flac. Dans les flaques. Mais surtout pas flic-flic. Ploc-ploc-ploc-plic-plic-ploc-plic-plic-ploc-ploc-ploc-plic-plic-ploc-plic-plic-ploc-ploc-ploc-plic-plic-ploc-plic-plic-ploc-ploc-ploc-plic-plic-ploc-plic-plic. Non, surtout pas flic-flic car vraiment, on se demande, avec toute cette pluie, ploc-ploc-ploc-plic-plic-ploc-plic-plic, que fait la police ? Ploc-ploc-ploc-plic-plic-ploc-plic-plic-ploc-ploc-ploc-plic-plic-ploc-plic-plic-ploc-ploc-ploc-plic-plic-ploc-plic-plic  ploc-ploc-ploc-plic-plic-ploc-plic-plic-ploc-ploc-ploc-plic-plic-ploc-plic-plic-ploc-ploc-ploc-plic-plic-ploc-plic-plic-ploc-ploc-ploc-plic.