Ça craint du boudin. Je ne sais pas si ça se dit comme ça mais si oui, tant mieux et si non, tant pis, on n’aura qu’à dire que je viens de l’inventer, cette expression. La véritable, c’est peut-être « ça pue le boudin » mais pour moi, à mes yeux et à mes narines, ça ne veut pas dire la même chose. Dans un cas, c’est l’odeur même du boudin qui est en cause et dans l’autre, c’est qu’il y a quelque chose de pas terrible qui arrive et qu’il faut trouver une solution. Par exemple, ça pue le boudin, ça, c’est pour l’odeur quand on le cuisine et ça craint du boudin, c’est parce qu’il fallait trouver autre chose pour le repas. Ce qui m’arrangerait bien parce que moi, le boudin, je n’aime pas ça. Sauf le blanc. Oui, je le reconnais, je suis raciste, je n’aime que le boudin blanc et pas du tout le noir.

Je disais juste que ça craignait du boudin parce que nous venons de passer une matinée exceptionnellement douce et ensoleillée et que depuis une demi-heure (il est 11h30, là), le ciel s’est d’abord voilé puis un peu couvert et là, il a tiré toute la couverture grise sur lui. Et en plus, on entend le tonnerre qui gronde dans les campagnes, qui va venir noyer nos fils et nos compagnes. Aux larmes, citoyens… Désolé, je me suis laissé un peu emporter mais je vais me reprendre. Oui, donc, je disais que j’entends le tonnerre gronder depuis Brest, au moins. Mille sabords, ça veut dire qu’on va l’avoir cet orage, ô désespoir, qu’on nous avait annoncé. Et qui nous dit qu’on ne va pas connaître un nouveau déluge. Avec de la grosse pluie et pourquoi pas de la grêle.

Je sais. Je n’ai qu’à rester tranquillement chez moi. On est dimanche, après tout, je ne suis pas obligé d’aller courir partout. Eh bien si, justement, c’est aujourd’hui que nous avons prévu d’aller voir un film au cinéma, avec le président. Pour une fois qu’il y en a un qui l’intéresse. On ne va pas bouder son plaisir. Parce que, qui dit bouder, dit boudin et alors, ça craint du boudin. Parce qu’on risque de s’attraper la pluie sans crier gare. Alors, moi, j’ai décidé que nous irions en ville avec la voiture. C’est un jour où on n’a pas besoin de mettre des sous dans un parcmètre. Ni dans un SDF, d’ailleurs, je crois. Alors, on ne va pas se priver, hein ? Et puis comme ça, on ne prend pas le risque d’arriver mouillé dans la salle et de rester humide pendant deux heures trente.