Tiens, il pleut ! Il faut dire qu’il y avait longtemps. Au moins deux jours. Et là, ça me semble être de l’eau de grosse pluie, genre giboulée. Oui, parce que sur la terrasse, les traces ne sont pas les mêmes que quand il s’agit d’une bruine ou d’une simple ondée. Non, là, ça ressemble à  une bonne pluie de derrière les fagots, une bonne pluie des familles. Je me répète, mais ça m’a tout l’air d’être une giboulée. Comme au mois de mars. Pardon ? Nous sommes au mois de mars ? Ah oui ? Déjà ? Enfin non, je voulais dire : encore ? Je n’en reviens pas. J’ai l’impression que ça fait des mois qu’on est au mois de mars. Des mois qu’il pleut. Des mois que c’est humide.

Il peut et c’est peut-être tant mieux pour la nature mais ça n’arrange pas mes affaires, à moi. Cet après-midi, je devais (et je dois toujours) aller en ville pour passer à ma banque, pour livrer un pain noir et 4 crêpes au patron (lui, il a largement mangé son pain blanc avant de manger du pain noir) et déposer un gros colis (et non pas un brocoli) au garage, ce n’est pas tout à fait pour moi, donc, je vais le laisser là-bas. Ça m’encombrera moins chez les autres que chez moi. Et je vais devoir faire tout ça sous la pluie avec le chapeau imperméable, le para qui va bien et un grand sac en plastique pour protéger tout ce que je vais avoir à la main. Et tout ça, ça prend un air de corvée, soudain.

il suffit qu’il pleuve pour que le simple fait d’aller chercher le tram, aller jusque dans l’hyper-centre, faire ce que j’ai à faire, revenir sur mes pas pour rentrer chez moi et ne plus en sortir jusqu’à ce que tous ces déluges cessent, il suffit donc qu’il pleuve pour que tout ça me pèse comme si j’allais pousser le wagonnet au fond de la mine. Et encore, les mineurs, ils ne connaissent pas leur bonheur de ne jamais subir la pluie quand ils travaillent. En même temps, ils ne se plaignent pas vraiment. D’ailleurs, il en reste, des mineurs ? Bon, enfin, tout ça pour dire que tiens, il pleut ! On ne peut pas dire que ça change mais quand même, il pleut. Et ça n’est jamais innocent, une pluie. Ça cache toujours forcément quelque chose. Je n’ai toujours pas découvert quoi.