Peut-être que c’était prévisible mais moi, je n’ai rien vu venir. Je fais partie de cette probable majorité qui lui aurait donné le Bon Dieu sans confession alors que si ça se trouve, elle est le diable incarné. Vous vous rendez compte ? Et si le diable, c’était elle ? Et si le diable était une femme ? J’imagine la tête stupéfaite des machos de tous bords. Mon Dieu (si vous existez), le diable serait féminin ! Oh la la, quand on pense à tout ce qu’on lui a mis sur le dos, à Satan ! Avec sa gueule d’ange pour ne pas dire de Grande Nunuche…

La pauvrette, alors qu’elle est à la tête d’un pactole estimé entre 50 et 100 millions d’euros, elle est écœurée de constater combien sont méchants les membres de sa belle-famille en contestant l’héritage de feu son mari (allumer, le feu… allumer, le feu…), c’est vrai ça, c’est très impudique de leur part. Elle, Satan, elle a toujours vécu discrètement, en bonne Sainte Nitouche qu’elle faisait croire qu’elle était. Jamais elle n’a montré ses filles adoptives dans des moments intimes. Elle s’est toujours protégée des medias. On la comprend. Qu’elle soit écœurée…

En tout cas, le loup est sorti de la bergerie. Et là, on découvre que si ça se trouve, plein de choses ont été manigancées depuis peut-être bien longtemps. Et moi, je dis que leurs problèmes, à cette satanée famille, on s’en fout un peu, beaucoup, passionnément, non ? Et en même temps, en même temps, la nana, celle qui est là, en veuve éplorée, incomprise, elle a l’E dans l’A et ça non plus, maintenant, on sait que ça n’est pas rien. Le pire ? Ce fait-divers mondain me fascine. Elle me fascine presque autant que Jonathann Daval, c’est dire, hein ?