Ce n’est pas très facile à prononcer si on mange du potage aux vermicelles en même temps. Ou alors, on prend le risque d’en mettre partout. Mais bon, je ne voulais pas jouer à défier la censure en ne mettant pas de « h » après chaque « c » dans le titre de ce billet. Du coup, j’ai déterré le « h » de guerre. 

Tout ça pour dire qu’hier, je me suis chassé le chul en portant un colis de 45kg avec le président, qui n’est pas trop fait pour ça et qui n’avait, de toute façon, pas très envie de le faire. En plus, comme il s’angoisse et s’énerve vite, cet ex-président –là aussi, autant vous dire qu’en plus du poids, il y avait la lourdeur d’une tension palpable dans l’atmosphère. Et le pire, c’est que nous n’avons pas été livrés chez nous mais au bout de la Sente des Marquises (oui, on le sait, mourir d’amour vos beaux yeux me font et tout le tralala, aujourd’hui, on n’est pas là pour donner dans le culturel, pas plus que dans le chulturel…)

Pourquoi diable ? (Tiens, justement, si nous en avions eu un, ça nous aurait peut-être aidés…) Pourquoi donc ? Parce que l’entrée de notre immeuble est dans une rue qui n’existe pas, en tout cas dans les GPS et de toute façon, cette portion est inaccessible à tout véhicule même prioritaire avec des gyrophares et des pimpon pimpon pimpon. Alors comme en plus, la rue Bourbon où je comptais faire déposer le colis, à l’entrée du parking de la résidence, était « fermée » à cause de gros camions de chantier, il a bien fallu trouver une solution de rechange. Un plan B à défaut d’un plan chul.

Et quand le chauffeur m’a dit qu’il arriverait par le cours Édouard Vaillant, j’ai sauté sur l’occasion et je lui ai dit, arrêtez-vous au niveau de la Sente des Marquises et nous allons venir chercher le colis. Sauf qu’on avait une centaine de mètres à faire avec ce gros paquet impossible à porter tout seul et même à deux, on en a un peu bavé, surtout au début avant que je suggère qu’on le tienne à plat et non pas à la verticale et là, ça a bien fonctionné et même jusqu’à l’appartement, hall de l’immeuble, ascenseur et palier compris. Une véritable séance de musculation, c’est moi qui vous le dis. 

Et c’est parce qu’il a fallu installer la chose là où c’était sa nouvelle place, et parce que j’ai passé beaucoup de temps à moitié allongé par terre, accroupi et surtout pour découper les cartons que, à un moment donné, j’ai eu mal aux chul et reins réunis. Du coup, je vais aller voir mon kiné, juste après.